New York Section Criminelle

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Section Criminelle > 3.07

5 Décembre 2019

New York Section Criminelle

Episode 3.07 : A Murderer Among Us

Review réalisée par r lefourbe


" A murderer among us" Un épisode moyen avec une intrigue très moyenne et une grosse ficelle scénaristique à la fin.

Comme pour le 3.06, le prégénérique est assez rapide. 2 min 20 sec qui se concentrent sur une femme Lena Brody. Elle est aide soignant dans une maison de retraite. Un des patients remarque un hématome sur son avant bras. Elle déclare à un médecin de la clinique qu'elle ne sait pas comment cela lui est arrivé. Puis lorsqu'elle fait du shopping avec sa fille qui découvre également le bleu, elle déclare que c'est justement un des patients que l'a blessé. Au cours de cette rapide conversation avec sa fille Claire, elle lui dit qu'elle ne pourra pas venir à sa pendaison de crémaillère. Elle doit rester à la maison. Ensuite nous voyons un homme sortir d'une maison suite à bonne engueulade avec bobonne sous les yeux de ses voisins. Ce même homme qui viendra frapper à leur porte pour demander de l'aide : " Lena est enfermée dans la buanderie, il me faut un pied de biche ". Ils accourent, défoncent la porte et là, c'est le drame ! " Oh my god, Lena ! Oh my god ! "Elle est pleine de sang et tombe sur le sol. Générique.

Début de l'enquête.
Comme depuis 2 épisodes c'est Goren et Bishop qui se chargent de l'enquête. Bon, de suite on pense à un bon Agatha Christie ou un vieille histoire dans le sud de la France avec un jardinier et une riche héritière : Comment l'assassin a-t-il pu la tuer puis enfermer la victime de l'intérieur ? G&B découvrent l'hématome qui remonte à plusieurs jours et qui n'a rien à voir avec les coups qu'elle a reçus. La raison de la dispute : une pauvre maquette de bateau confectionné avec amour et tendresse par son mari. C'est donc une dispute qui a mal tournée, tout simplement. Malheureusement, on est à la 4ème minute, ce doit être un peu plus compliqué.
Entretien avec le reste de la famille : Claire et Lance le mari en colère. On apprend que Lena est originaire d'Argentine. Selon le veuf, elle était un peu dépressive, ce que réfute sa fille. G&B montrent les polaroids du cadavre. Lance s'arrête en particulier sur une qui montre l'avant bras mais il déclare ne rien savoir sur les marques de son épouse. La fille vient au secours de son père et donne l'explication avancée par sa mère chez l'antiquaire. Malgré cela, Goren signale au mari un signe de nervosité qu'il affiche : il frotte son pouce contre le reste de ses doigts. Il essaie alors de le mettre en confiance : vous vous sentiez coupable à cause de la dispute… Il montre ensuite un bateau retrouvé sur l'étagère du sous sol qui a participé la coupe de l'America en 1934. Mais Lance n'a jamais vu ce bateau et croit à un piège tendu par Goren. Il est colère.

Les inspecteurs vont alors sur le lieu de travail de Lena : " Brooklyn Home for the Jewish aged " (maison de retraite pour juifs âgés). La collègue de Lena évoque un mari brutal. Goren fait remarquer que Lena avait du succès avec les pensionnaires, son mari avait peut-être des doutes sur son épouse ? L'infirmière nie cette possibilité.
Au commissariat, Eames fait une apparition pour évoquer un piste sur des fournisseurs de l'entreprise de Lance Brody. Bishop lui demande si elle peut l'accompagner mais Goren à ce moment trouve des filaments dans les cordages d'une maquette. Et hop, Bishop laisse en plan Eames pour suivre Goren.
Scène suivante : elle ne sert à rien. On voit Lance détruire des documents à la broyeuse et recevoir les condoléances d'un collègue. Bon, on savait déjà que le mari n'était pas net.
Les inspecteurs retournent chez la victime et trouvent dans la machine à laver le pull correspondant au filament ainsi qu'un fanion qui avait été cassé sur la maquette. Une maquette cassée puis replacée à son endroit, des blessures qui ne sont pas celles d'une femme qui se défend : Lena Brody s'est suicidée en voulant faire accuser mon mari ! Question suivante : pourquoi ? Deakins accepte de laisser le dossier ouvert. Si Bishop estime que les coups portés par son mari aurait suffi à expliquer cette tentative désespérée, Goren, lui est plus circonspect et pense à quelque chose de plus grave. Ils interrogent la fille. C'est sa mère qui a voulu qu'elle prenne son propre appartement pour qu'elle quitte le cocon familial. Mais il n'y avait rien de grave entre ses parents. Ils expliquent la thèse du suicide mais la fille n'y croit toujours pas. L'Argentine : sa mère a quitté ce pays au milieu des années 70 en pleine dictature. A-t-elle connu des drames ? La fille répond également non. Une coïncidence toutefois : Claire a pris un appartement au moment ou le mari de Lena s'est fait plus présent à la maison de retraite. Retour à la maison de retraite. Il interroge un pensionnaire. Lena était gentille. B&G évoquent une recherche réalisée par Lena dans ses finances personnelles. Il s'en moque. Oui, il se souvient avoir vu le mari de Lena. Il avait une attitude bizarre. En regardant une photo, ils apprennent que son fils est décédé il y a quelques semaines. Son fils a eu les genoux broyés puis a été battu à mort.

Scène dans la cuisine familiale des Brody. Claire craque : elle ne savait rien de l'état de sa mère et en veut à son père de toujours cacher ses émotions.
Les inspecteurs reprennent l'enquête concernant la mort du fils de Mr Seligman. Les marques sur le corps du fils sont les mêmes que celles sur le corps de Lena. Elle voulait indiquer aux flics ce que son mari avait fait. Malheureusement c'est ici que cela dérape. On ne croit plus du tout à l'histoire. Une fois de plus l'équipe d'élite a trouvé une aiguille dans une meule de foin. Le reste de l'épisode servira à connaître le mobile du meurtre du fils Seligman. Bien entendu, la belle fille ne sait rien sur Lance Brody. Les inspecteurs demandent à Claire ce que son père pouvait faire le jour du décès du fils Seligman : elle n'en sait rien car elle était avec sa mère.
Bon, j'avoue à partir de ce passage j'ai lâché prise. L'histoire se focalise sur le mari. B&G vont à son entreprise et évoquent la dépression de sa femme. C'est une entreprise qui fabrique des tubes en métal, tubes qui peuvent servir d'armes pour brise des genoux par exemple. Après différentes recherches, B&G retrouvent un meurtre avec les mêmes caractéristiques : genoux brisés puis mises à mort, et il s'agissait d'un neveu d'un retraité de l'hospice.
Intermède au cimetière : on voit Lance se recueillir sur une tombe avec ses paroles comme toujours énigmatiques : " It's not your fault, I know you're good. He was him, we were fine before ! I'm not weak anymore " ou en français dans le texte : ce n'est pas ta faute. Je sais que tu es quelqu'un de bien. C'était lui. Tout allait bien avant. Je ne serais plus jamais faible.
Retour au commissariat : Ce n'est plus un mais 8 meurtres qui ont été commis avec le même modus operendi en 7 ans. Seul point commun : ils étaient tous juifs. Perquisition chez Lance Brocy. Ils tombent sur une carte de visite du voisin : c'est un assureur. Lance lui avait demandé de faire une recherche de plaques de voitures. Lance avait noté les coordonnées sur un papier, papier que Lena a du trouver par la suite et cela l'a mis sur la voie de sa haine.

B&G interrogent la sœur de Lance, Joy. Il y a 7 ans, leur mère est morte d'un cancer. Leur père a été arrêté plusieurs fois pour avoir battu sur sa femme et Lance mais jamais Joy. Lance essayait de protéger sa mère. Elle avait une liaison avec son patron juif. Elle avait jeté le discrédit sur sa famille. Le voilà le mobile, Lance Brody refoule une colère enfouie depuis sa jeunesse. Alléluia !
B&G mettent Claire devant les évidences. Si Lena a voulu éloigner Claire du domicile c'est parce qu'elle a appris au décès de ses parents qu'elle était d'origine juive. Ils vont tous à l'usine de Brody pour montrer les certificats de décès : Lance n'y croit pas : cela fait 22 ans qu'ils étaient mariés. Si elle était juive, elle l'aurait dit. Là, la fille sort l'argument qui tue : si elle était juive alors moi aussi. Et là, bien sûr le père s'emporte. Goren revient alors sur la liaison de la mère de Lance. C'est sûrement la scène qui relève la fin de l'épisode car Goren en même temps qu'il énonce les victimes avance sur Lance avec une barre de fer et frappe dans le vide. Lena savait tout mais elle ne pouvait pas le prouver. Son seul moyen était d'éloigner sa fille au cas où la rage de son père se reporte sur elle et de guider la police vers le meurtrier en l'accusant de son propre suicide. Mais pour l'instant Goren n'a évoqué qu'une théorie sans preuve matérielle ni déclaration du coupable. Et là, et bien on a droit à la scène la plus nulle de l'épisode. Ils expliquent qu'il existe une photocopie de la demande renseignement faite par le voisin. La montre et la donne ensuite à Lance. Il regarde le chiffre et déclare que ce n'est pas le bon numéro ! Le bon c'est…. Et oui il a craqué à cause du piège le plus éculé.

Note : 4/10

Résumé : Contrairement à la semaine dernière l'épisode est assez ennuyeux. Beaucoup de scènes sont inutiles ou trop longues (bureau du légiste, belle fille Seligman, scène de culpabilité familiale dans la cuisine, scène de condoléances du collègue, …). La fin est décevante et seule l'interprétation de Vincent d'Onofrio parvient pendant 30 secondes à sauver la dernière partie de l'épisode. Alors me direz-vous, l'idée qu'une femme se suicide pour faire arrêter son mari est une bonne trouvaille, n'est-il pas ? Mouais, elle aurait pu quitter le foyer familial et avertir la police des actes de Lance. Si elle n'a pas réussi à recueillir des preuves, la police aurait pu le faire, d'ailleurs ils l'ont fait. Le suicide est une solution extrême. De plus, sa crainte de voir sa fille victime de la folie paternelle n'est en rien résolue par un simple déménagement. Lance a montré en 7 ans sa détermination à tuer des gens en dehors de la maison. Concernant Bishop, elle est presque devenue détestable et cela en 3 épisodes. Sa façon de vouloir aider Eames enceinte jusqu'au cou puis de la laisser tomber au profit de Goren manque carrément de classe.

Review réalisée par r lefourbe

Episode diffusé sur NBC le 09/11/2003
Review en ligne depuis le 02/12/2003

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7