New York Unite Speciale

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Unité Spéciale > 5.03

16 Décembre 2019

New York Unité Spéciale

Episode 5.03 : Mother

Review réalisée par Jéjé


Disons le une bonne fois pour toutes : cet épisode est une catastrophe !
Incohérences, facilités, abondance de clichés… Les scénaristes n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère… Ceux de CSI devraient porter plainte pour plagiat !

Le meilleur passage est le prégénérique… Deux étudiants se rendent dans une espèce de bâtiment bien glauque à la recherche d’un certain Enrique ! Ils arrivent dans une pièce, sans être bien sûrs que c’est celle qu’ils cherchent.
Une blonde est allongée, inconsciente ! L’un préférerait attendre Enrique, mais l’autre paraît très heureux et baisse son pantalon… A ce moment, la police -les mœurs sûrement…- enfonce la porte et embarque nos deux amis. Les flics ne peuvent réveiller la femme, et remarquent que ses mains sont attachées avec du ruban adhésif !
B&S arrivent sur les lieux. Notre ami précédemment très pressé tente de justifier sa conduite…
- I was just trying to help her up.
- With your penis ?

Fin de la partie intéressante. 1’51.

La victime trouvée sur les lieux est connue du SVU. C’est une psy, témoin expert, spécialiste du comportement des violeurs et de leur réhabilitation… C’est aussi Susanna Thompson, la formidable ex madame Sammler de « Once & Again »… La pauvre, la voilà dans la situation d’Emily Procter (ex West Wing reconvertie dans CSI :Miami)… Habituée aux dialogues géniaux de sa série précédente, elle va devoir se coltiner des lignes consternantes de bout en bout de l’épisode… Enfin, Susanna n’est là qu’en guest ! Elle s’en sort mieux que notre ancienne républicaine favorite !

L’épisode suit ensuite une construction bi partique… Comme dans « Law & Order : classic » ? Non, ça, c’était la semaine dernière ! Dans cet épisode, c’est d’abord 20 minutes qui ne servent à rien, puis 20 minutes d’absolument n’importe quoi…

PARTIE I : « Si on remplissait les espaces inter pub avec du rien… »

Dans ces deux segments de l’épisode, l’équipe du SVU oriente ses recherche sur des patients de la psy. Psy qui ne sert à rien puisque comme elle le dit de façon très naturelle à B&S : « Le traumatisme qu’ [elle a] reçu à la tête a provoqué une amnésie partielle »… Trop simple de dire qu’elle ne se rappelait de rien de son agression..
Mais bon, c’est sympa le bla bla scientifique… Ca fait classe et puis dans CSI ça booste l’audience, alors pourquoi pas dans SVU ?

On s’intéresse particulièrement à un violeur… mais un vrai, hein, attention, genre 40 victimes, relâché à la suite de l’avis favorable de notre psy blonde lors d’une commission quelconque. Et c’est parti pour une logorrhée de pensées-clichés sur la non réhabilitation des violeurs, des chiffres de récidive servis à chaque épisode sur le sujet…
Entre deux banalités, on apprend que le cabinet de la psy s’est fait cambriolé et que des cassettes audio de séances ont disparu. Pendant dix minutes, l’équipe du SVU détruit la vie d’un pourri (en redevenir…), pour que Cragen nous annonce finalement que des empreintes relevés dans le cabinet dévasté appartiennent à un étudiant/patient de Heints (c’est le nom de la psy…)…

FIN DE LA PARTIE I. - DEBUT DE LA PARTIE II aka « N’IMPORTKOI »

B&S se rendent chez le suspect, Robert (Jon Abrahams… C’est Heckel ou Jeckel de Boston Public… Le pas « NKOTB »…Mais là, sans sa barbe… donc beaucoup moins beau !), qui vient de s’ouvrir les veines. Et qui trouve-t-on à ses côtés ?
Susanna, qui si elle ne peut briller avec ses dialogues, le fait avec ses boucles blondes qu’elle agite négligemment à chaque plan…

B&S lui confie qu’il est le suspect idéal. « Je m’en doutais. Il a pêté les plombs la veille de mon agression. »

B&S font à peu près la gueule de tous les spectateurs devant leur poste à ce moment là, genre « t’es gentille, tu pouvais pas le dire plus tôt ? »

Et c’est là que l’on voit qu’on est dans la team « Dick Wolf » et pas dans celle de « Jerry Bruckheimer »… On a le droit à un petit laïus juridique bien troussé pour expliquer ses non révélations !!!

Seulement ce répit qualitatif est de courte durée…

Apparemment, Robert faisait une fixette sur sa psy et a pété les plombs quand celle-là lui a conseillé de voir un psy mâle !
On discute avec le dit Robert, qui effectivement est dingue de la psy, fantasmant sur des séances où les deux passeraient leur temps à coucher ensemble… Hé, p’têt, en fait, c’est vrai, et , c’est elle qui l’a utilisé et qui lui a fait fondre un boulon, et alors finalement c’est peut être une histoire de victime bourreau… Ils sont trop forts !

Si seulement ça avait pu être ça !

Le gros problème, c’est que Robert est atteint de crises d’amnésie, et que, meins, et bien, au moment de l’agression, elle était en plein dans un truc comme ace… Bon, le syndrome « Teri Bauer », ça commence à bien faire ! D’ici là que Benson se prenne les pieds dans un piège à fauve alors qu’elle tente d’échapper à un cougar…

On rencontre ensuite la sœur de Robert qui en veut ‘achement à la psy, parce que c’est sa faute s’il est comme ça. (Je passe sur un intermède au tribunal civil, donc sans Cabott, mais avec une bonne bimbo latino en guise d’A.D.A., où on se tape la scène bien convenue de la confrontation psy/patient et le pêtage de plomb du suspect…). La sœur qui se trouve en possession des K7 disparues, rappelez vous…

Dialogue un peu chaud entre la psy et Robert qui tourne autour de la poitrine de Susanna. La psy s’explique. C’est une sorte de thérapie de « reparenting » où elle offre par une simple discussion l’amour dont a été privé la patient pour qu’il se livre. Soit.
Et donc maintenant, l’intrigue s’oriente sur « A-t-elle couché avec lui ou pas ? » Comme avec Monica et Bill, on s’en fout, mais bon, l’épisode arrive à sa fin. Le calvaire va bientôt prendre fin…

Et là, hop, rebondissement de la mort. Les empreintes de la sœur étaient sur le ruban adhésif récupéré sur Susanna après son agression. On apprend ensuite que la frangine a été vu sur les lieux du crime. Interrogatoire. Soeurette ment sur les circonstances de la mort de sa mère. Celle-là serait morte, non d’un cancer, mais lors d’un incendie alors que Robert n’avait que 7 ans. Il aurait tué sa mère ?

La psy était même pas au courant de cet événement, après moult années de thérapie, mais Wong, en deux coups de cuillère à pot, parvient à faire raconter toute l’histoire par Bob. Il a été martyrisé par sa mère, fanatique religieuse anti-homme, pendant sa petite enfance, et finalement soeurette a mis le feu à la maison pour le protéger…

Soeurette confesse le meurtre de sa mère et l’agression de la psy… Mouais, pas vraiment de rapport, et dans un ultime échange avec B&S, elle nous révèle qu’en fait Robert n’était pas son frère mais son fils…

Blam… Executive producer Dick Wolf…

Ce dernier rebondissement abracadabrantesque est plus qu’inutile (si ce n'est justifier le titre de l'épisode !)… Ah si, si la nana n’avait pas été sa mère, elle n’aurait pas été aussi loin pour protéger Bob de la vilaine psy ? Cette révélation ajouterait une profondeur au mobile de l’agression de Susanna ?
Pathétique ! Comme l’ensemble de l’épisode…

Review réalisée par Jéjé

Episode diffusé sur NBC le 07/10/2003
Review en ligne depuis le 14/10/2003

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7