New York Section Criminelle

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Section Criminelle > 1.01

5 Décembre 2019

New York Section Criminelle

Episode 1.01 : One

Review réalisée par Ororo


Intro et présentation

Avec Michele Hicks (Gia DeLuca), Jake Weber (Carl Atwood), David Ross (Zivkovic), Lenny Venito (Jake Nathan), Gene Canfield (Cardenas), Stuart Burney (Mr. Kersten), Neva Small (Mrs. Kersten)

Un couple recrute des malfrats pour mettre au point le casse d'une bijouterie ; la fine équipe n'hésite pas à embaucher des repris de justice.

Carl Atwood et Gia ont décidé de passer à la réalisation d'un projet qui leur tient particulièrement à coeur : le casse d'une bijouterie censé leur apporter richesse et gloire. Ne pouvant opérer seuls, ils choisissent de recruter des hommes de main capables de les seconder efficacement. Après réflexion, leur choix s'arrête sur trois personnalités du monde du crime organisé. Carson, un homme fraîchement sorti de prison, a l'honneur de faire partie de ce nouveau gang. Nathan, un génie de la téléphonie, sera chargé de la partie communication et des détails techniques. Zivkovic enfin, l'homme fort du groupe, est censé mener la fine équipe.

Une fin de casse terrifiante

La famille Kersten quitte son domicile pour un voyage inespéré à Atlantic City : ils ont en effet gagné un séjour gratuit. Mais ce cadeau est un trompe-l'oeil, car il a été manigancé par Gia. Cette dernière a étudié au Cadastre le voisinage de la bijouterie. L'immeuble des Kersten est juxtaposé à la bijouterie : les malfrats, une fois les Kersten partis, s'en iront chez eux percer le mur mitoyen.
Le casse se passe comme sur des roulettes, tout est bien huilé... jusqu'au moment, où Carl Atwood se déchaîne :
Quand le butin est collecté, Atwood s'adresse à Michael Carson, compagnon de prison : "Il est temps de quitter New York, bonhomme!"... Pan! Pan! Pan! Trois balles pour toi mon pote, en souvenir du bon vieux temps en taule... ça fait toujours un de moins pour le partage!
Atwood quitte le dernier la bijouterie et se rue dans le tunnel percé. Quand il en ressort, il voit son pote "Zive" tenir en joue deux étudiants tourtereaux dont la fille unique des Kersten, qui avait profité de l'absence des parents pour inviter son petit ami, pensant s'éclater à fond... Les amoureux se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment : leurs secondes à vivre sont comptées...
Voyant cet imprévu, Atwood s'adresse aux étudiants "C'est pas de bol!", et à "Zive" : "Il y a un problème?". Pas question de laisser des témoins pour le casse de sa vie : Pan! pour le petit ami... La fille des Kersten hurle de terreur : Et Pan!... voilà pour que tu taises vraiment....
Le ménage effectué, Atwood ordonne à Jake et Zive : "On dégage!"...
Un silence de muerte succède au bruit assourdissant des détonations...

A la fin horrifiante de ce générique, une seule question s'impose sur toutes les lèvres : mais qui pourra bien arrêter un tel chien enragé?

Un inspecteur "New Age"

Pour la première de l'inspecteur Robert Goren, il y a du pain sur la planche : 3 cadavres!
Nous découvrons un inspecteur qui prend un grand soin à l'analyse des scènes de crime dans ses moindres détails. Son évaluation experte lui permet de déduire que le petit génie informaticien de la bande a été supprimé, et que son exécution lui laisse croire à un règlement personnel. Boby remarque aussi un tatouage discret typique des détenus. Ainsi, Robert Goren se montre d'entrée très méticuleux et soucieux du moindre détail : on n'aura pas affaire avec lui à un inspecteur ringard et rétro mais à un vrai policier collant bien à son époque!
Il se rend compte très vite qu'il a affaire à des professionnels qui ont tout organisé dans le moindre détail.
Si les malfrats ont pu réaliser le plus dur à savoir le vol de 300 millions de dollars des bijoux les plus précieux de la ville, le plus facile à savoir la vente "au tiers du prix" et prendre la poudre d'escampette, ne devrait pas trop poser de problèmes à la bande...
Goren a conscience de la difficulté de cette enquête. A la famille Kersten, orpheline de leur fille unique, il assure : "On retrouvera les coupables!" espérant les réconforter...
Mais les Kersten, inconsolables, sont désabusés : "Les retrouver? Mais le sergent a dit que c'étaient des pros! Et que les chances de les capturer sont quasi-nulles!"
Goren fixe le sergent, posté prés d'eux, en hochant la tête et prenant un air grave "Gros lourdaud sans finesse!" doit penser Boby à son encontre. Le sergent, réalisant sa maladresse, regarde ses pieds d'un air excusé. Et Goren refixe les Kersten : "On les arrêtera! Vous avez ma parole!".

Deakins capitaine de la Section Criminelle

Le Capitaine de la Section Criminelle s'appelle James Deakins. Un homme très à cheval sur les principes et qui aime les choses rationnelles et concrètes. Il voue une fidélité et une loyauté à son métier qui sont sans limites. Ces qualités lui ont permis de gravir les échelons.
Voyant Goren faire le point sur l'enquête, un peu trop philosophiquement à son goût, Deakins lui rappelle les fondamentaux dans les enquêtes de police tout en lui montrant de la considération :
"Goren, je sais que cette enquête n'est pas très stimulante pour l'intellectuel que tu es! Et je te dis ça avec tout le respect que je dois à un gars bardé de diplômes comme toi : Étudie, Boby, toutes les possibilités!".
Robert Goren semble un peu gêné d'être catalogué de la sorte par son capitaine. Mais il a conscience de la hiérarchie car il a servi dans l'armée durant ses jeunes années. Il sait maintenant que son supérieur est un homme qui a besoin d'être convaincu par des éléments solides et rigoureux... et que cet homme s'appelle James Deakins, capitaine de la Section Criminelle.

Eames Knock Down

La bande-annonce nous avait averti : "Les plus grands prédateurs"; on ne peut s'empécher d'être inquiet pour notre inspectrice Alexandra Eames. Son minois est sympathique et nous plait bien. On n'aimerait pas trop la voir bousculée ou maltraitée! Certes, la présence de Robert Goren à ses côtés est rassurante, mais quand même, l'inquiétude subsiste.
Ce doute sera très vite balayé dans la séquence à venir :

Nos enquêteurs ont remonté la piste de Jake Nathan, un complice de Carl Atwood. Mieux même, ils l'attendent de pied ferme dans un magasin car Nathan a oublié une "falsifieuse à faux-papiers" dans un lieu déjà perquisitionné par la Section Criminelle. Nathan, voulant racheter un autre appareil à plastiquer, est intrigué par ce nouveau vendeur baraqué (Goren). Nathan est un vrai radin. Alors, quand Boby lui annonce que le prix a augmenté de 50 dollars, il y a comme un blême pour Jake!
Boby lui dira "C'est à prendre ou à laisser!" tout en allant dans la remise...
Mais Jake Nathan flaire le piège et commence à vouloir sortir en courant...
Le voyant derrière les rideaux de la remise, Boby surgit spectaculairement, sa grande carcasse en inertie coursant Nathan, qui ne se doute pas d'être attendue à la porte d'entrée... par Eames!

D'une manière étonnante, on verra Alex aller frontalement vers Nathan, qui freine son élan un peu surpris. Eames en profite de suite pour se coller à lui. Faisant corps avec le fuyard, Alex lui décroche un coup de genoux entre les jambes... assez douloureux! Nathan gît au sol, souffrant le martyr, ses mains rentrées dans ses parties. Boby arrive et lui lance : "Alors, comment va mon petit Jake?".

The "One" of Ron Carver

The First, on aurait du dire. Qu'importe, nous sommes toujours dans le pilote de la série et le dernier personnage à se présenter est le substitut du procureur Ron Carver. On note que l'homme est élégant, qu'il a de bonnes manières, son ton est poli et courtois. Mais attention, Ron Carver ne badine pas avec les présumés suspects ou coupables. Ses propos sont d'une justesse mordante, et sans éclats de voix, Ron Carver se fait toujours bien comprendre en mettant la pression. Jake Nathan va en faire le premier l'expérience :

Ron : "C'est bizarre la loi! C'est la main gauche la coupable et c'est la main droite qui paye!"
Jake : "Mais que voulez vous dire?"
Ron : "Que je vais demander la peine capitale!"
Jake : "Quoi? Mais je n'ai aucun antécédent de violence! Je n'ai jamais été condamné... etc.."
Ron : " Maintenant si! Nous vous avons retrouvé! Et nous allons retrouver vos compagnons avec... ou sans... votre aide! La Vie, La Mort : à vous de choisir!"
Jake : "Que voulez vous?"
Ron : "Vous nous donnez les noms et adresses de vos complices, et j'oublie la peine capitale!
Mais mon offre ne tiendra pas très longtemps, Mr Nathan...."

Et bien, pour une première apparition : quelle présentation!
La Vie ou La Mort, a proposé Ron Carver. A votre avis, qu'a choisi Jake Nathan?
Il se met illico à table et balance les noms et les numéros de portables de ses compagnons.
Quand les renseignements sont pris, Goren demande à Nathan :
"Et Atwood et cette fille, sont ensemble depuis longtemps?"
Nathan lui répond : "Oui, je crois. Bien allumés ces deux-là!"

D'Onofrio-Hicks : entretien X

Lol, ça rime! Mais en tout cas, c'est un moment fort du pilote! Nous sommes toujours dans la présentation des personnages. Est-ce pour cette raison que cet entretien n'en sera pas vraiment un?
On va voir Robert Goren dresser un portrait de la situation de Mlle Gia DeLuca, interprétée par Michelle Hicks. Robert Goren fera véritablement une "évaluation X" de Gia, dans un profond respect et avec le plus grand des tacts.
Aux assertions de l'inspecteur, Gia répondra par des expressions de visage ou des mimiques. On assistera à un entretien lourd, pesant et plein de sous-entendus et de non-dits. Une séquence du pilote qui incontestablement cadre avec l'esprit de la série.

On rappellera que les enquêteurs ont failli intercepter Atwood via un repérage satellitaire et une communication Nathan-Atwood, qui a nécessité un mandat auprès de la compagnie du téléphone ; "Un mandat? Oui, ça je peux!" a dit Ron Carver. Malheureusement, Atwood a flairé l'entourloupe et s'est taillé dare-dare, laissant sa compagne Gia se faire prendre. Voilà pourquoi, l'inspecteur Robert Goren va s'entretenir avec Gia DeLuca, compagne de Carl Atwood.

Goren évoquant Atwood : "Vous ne l'avez pas laissé tomber quand il était en prison à Archambaud avec Michael Carson, n'est-ce pas?"
Gia ne répond pas. C'est une femme de bandit. Elle sait qu'il ne faut rien lâcher aux policiers.
Soudain, on vient apporter les rapports du légiste des 3 cadavres de la bijouterie. Goren les consulte (pour la 1°fois?). En tout cas, il pose une première photo sur la table et dit :
"Sophie Kersten, 19ans, étudiante à Columbia..."
Gia se penche et voit une tache rouge sur son front : "Ah ça? C'est votre petit copain qui lui a mis une balle dans la tête!" dira Goren qui enchaîne par la 2° photo :
"Son petit copain! Il s'est fait descendre en voulant la protéger! C'est ce que les petits copains sont censés faire!"
Gia ne peut s'empécher d'être attentive à l'entretien : cet inspecteur semble trouver les mots justes avec elle. Elle dit toujours rien et laisse venir...

3° photo, posée juste à côté des précédentes : "Michael Carson, emprisonné à Montréal avec Carl dans la prison d'Archambaud!". Celui-là, Gia le connaît bien et pour cause! Peut-être se réjouit-elle de le voir refroidi, mais bientôt, c'est elle qui va l'être :
Goren poursuit : "Le légiste qui l'a examiné a trouvé que la taille de son anus indiquait des rapports fréquents!". A ça, Gia réagit : elle semble prise d'hypnose par Goren dont l'instinct s'éveille instantanément : il a noté cette réaction et enchaîne presto :
"Je parie que c'est le rapport sexuel préféré de votre petit copain! C'est sa manière de dominer ses partenaires!". Gia se tend, un peu nerveuse : elle gesticule et semble avoir du mal à tenir en place sur sa chaise! Boby, qui vient de flairer une piste, en profite :
"Vous vous soumettez parce que vous espérez gagner son amour, et c'est pour cela qu'il vous fait totalement confiance!". Gia secoue la tête de droite à gauche, agacée et certainement humiliée de voir sa vie privé déballée de la sorte. Heureusement, que le ton de l'inspecteur est coulant, la pilule semble assez bien passer! Il se montre même compréhensif avec elle :
"Il doit vous le demander en faisant l'amour mais je pense que cela vous laisse insatisfaite!"

Gia lui rend un regard épleuré de biche effarouchée "Vous voyez bien le calvaire de ma vie.." semble-t-elle lui dire, en pensée... Voyant ça, Boby essaie de l'amener dans son camp :
"Mlle DeLuca, il a de ces exigences avec vous!". Gia baisse la tête et semble se refermer comme une huître. Boby essaie toujours de l'amener prés de sa lumière :
"Mlle DeLuca, les exigences de Carl Atwood ne sont jamais comblées! Il ne vous a jamais dit qu'il vous aimez, ou pas assez fort pour que vous le croyez vraiment... et je vais vous dire pourquoi : Carl Atwood est un NARCISSIQUE! Il est incapable de vous aimer, ni personne d'autre d'ailleurs! Il cherche juste des partenaires pour satisfaire ses besoins sexuels."

Cette dernière évaluation a sans doute joué dans un futur arrangement car Boby a laissé parler sa franchise. Et surtout, jamais il n'a manqué de respect à Gia, en fin psy qu'il est.
Soudain, Boby s'inquiète d'un détail dans le rapport du légiste et demande à Gia :
"Vous avez fait le test pour le Sida?"
Enfin, elle parle : "Non! Pourquoi? Je devrais?"
Boby se justifie : "Michael Carson était séropositif avant son emprisonnement à Archambaud!"
Maintenant, il s'agit de sa vie et Gia rétorque : "Non! Ce n'est pas vrai! Vous mentez!"
Boby lui tend le rapport sous les yeux en lui disant : "Page 4! Regardez! Vous voulez faire le test?"

Devant ce mauvais présage, Gia détourne la tête ; Boby reprend le rapport ; Gia regarde à nouveau Goren et Boby lui lance en prenant un air scandalisé et compatissant à son sort :
"Vous vous êtes donnée entièrement à cet homme!"... Boby lui replace le rapport sous les yeux et lui dit : "... et regardez comment il vous a remercié!". Boby pointe son doigt exactement là où il faut sur le rapport... et là, Gia ne peut s'empécher d'y jeter un oeil. Une expression de visage montrera qu'elle a bien lu, et Goren reprendra illico le rapport et lui proposera un marché en échange de sa collaboration. Il lui promettra des soins prodigués dans une maison de haute sécurité pour soigner sa maladie... si elle est bien séropositive!

L'arrestation de Carl Atwood

Gia sera relâchée dans la nature et à son insu, pistée par la police. Allant chercher les bijoux au coffre-fort d'une banque, Carl Atwood la reprendra avec lui. Ils auront une explication. Atwood, toujours imprévisible, braquera par deux fois Gia dans une scène choquante. Mais Atwood l'épargnera, laissera de côté ses instincts de tueur, pour assouvir d'autres pulsions avec Gia.
Mais Gia n'oublie pas son éventuelle séropositivité au Sida. Elle préviendra les inspecteurs du rendez-vous pris par Atwood pour revendre son butin à des bijoutiers receleurs qui achètent les bijoux au tiers de la valeur : presque 100 millions pour Atwood qui dira en contemplant son chèque : "Le pays n'aura jamais vu une somme pareille!"

S'absentant un instant, pour aller chercher les diam's, il sera surpris, à son retour, de voir en joue les acquéreurs et Gia par des policiers. Goren le plaquera au sol et lui passera les menottes. Atwood lancera à Gia un regard lourd de sens, la rendant responsable de son arrestation.
Gia lui dira : "Tu nous a tué! Nous sommes déjà morts!"
Mais Goren se montrera rassurant : "Vous n'avez pas à vous inquiéter! J'ai menti!"

Mais la conclusion, en forme de morale pour le pilote, sera entre Eames et Goren :
Eames tenant les diam's : "Pourquoi Gia ne s'est pas tirée avec ça?"
Goren : "Oh , mais ce n'était pas pour les cailloux, mais pour lui!"
Eames, toute excitée de tenir une fortune entre ses mains, dira : "Oui, mais les hommes, ça va ça vient, tandis que les diamants..."
Goren la coupera et rétorquera : "Les diamants ne tiennent pas chaud la nuit!"

Pour finir, on dira que l'arrestation d'Atwood est décevante car on s'attendait à de l'action et du spectaculaire, en harmonie avec ce que l'on avait vu dans tout le pilote.
Il faudra nous expliquer comment des inspecteurs ont pu s'introduire à pas de velours dans la chambre d'hôtel d'Atwood, alors qu'ils ont plutôt l'habitude de défoncer les portes et de se pointer "en gros sabots". Atwood, véritable chien enragé, n'aurait entendu aucun bruit suspect lors de l'intrusion? Seulement 20 secondes d'absence pour aller chercher les diam's, et à son retour, des acquéreurs en joue, et personne ne bronche... Pas trop crédible la fin, mais bon : ne gâchons pas notre plaisir, car nous avons vu un excellent épisode-pilote.

Note : 8/10

Review réalisée par Ororo

Episode diffusé sur NBC le 30/09/2001
Review en ligne depuis le 29/10/2003

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7