New York Section Criminelle

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Section Criminelle > 2.04

12 Décembre 2019

New York Section Criminelle

Episode 2.04 : Best Defense

Review réalisée par Stef


Pré-générique : Peter Bonham, substitut du procureur adjoint de NY et son assistant sont dans une voiture où ils attendent un témoin en vue de l’interroger. Peter sort de la voiture et se fait interpeller par une voiture de police en patrouille. Il explique au policier qui il est et ce qu’il fait à cet endroit. Puis, voyant le temps passer et le témoin ne pas arriver, Peter et son assistant partent.

Peter déjeune dans un restau en compagnie de Ron Carver à qui il explique sa petite mésaventure de la veille au soir. Le téléphone de Peter sonne et la conversation finie, il va pour quitter la table en disant à Carver que sa femme a été victime d’un malaise et qu’il doit au plus vite se rendre à l’adresse qu’on lui a communiqué. La personne qui a téléphoné n’a pas pris la peine d’appeler la police alors Carver lui suggère d’appeler sa femme sur son portable, ce qu’il fait immédiatement… Bien joué, la femme de Bonham est elle aussi en train de déjeuner tranquillement et évidemment, elle pète le feu ! -LOL- Carver est inquiet : entre un témoin fantôme et un appel bidon, il conseille à son jeune collègue de se méfier mais Peter préfère penser qu’il s’agit d’une mauvaise blague.

Chez eux, Peter et Linda Bonham parle du "mauvais blagueur". Pour l'instant, Linda n'est pas convaincue par l'idée que quelqu'un puisse vouloir du mal à son époux et lui est interrogé par le fait que cela pourrait bien être un ancien client à elle qui cherche à se venger parce qu'elle ne l'aurait pas assez bien défendu ; ben oui, c'est une excellente grande avocate !

Dans un garage, Peter parle foot avec son assistant qui souhaite l'inviter à voir un match… Chacun de leur côté, il récupère leur voiture et tandis que les deux surveillants (un homme et une femme) rigolent comme deux jeunes enfants devant un clown, on entend les pneus d'une voiture déraper. Ils accourent à toute vitesse où ils découvrent Peter légèrement sonné qui leur dit que ses freins ne répondaient plus. Le surveillant regarde ce qui a pu clocher et s'aperçoit que la durite a été percée. À la tête que fait Bonham, il est maintenant convaincu qu'une personne lui veut vraiment du mal !

Générique

Dans le bureau de Deakins, Peter Bonham apprend que la durite de sa voiture a été percée pour que les freins lâchent en cours de route, ce qui aurait mortel puisqu'il prend l'autoroute pour rentrer chez lui. Carver demande s'ils ont retrouvé l'adresse qui lui a été donnée au restaurant mais il s'agit d'un immeuble abandonné, blablabla et blablabla… Deakins lui propose de poster des hommes devant son domicile mais Peter refuse l'idée d'affoler sa famille d'autant plus qu'il a une arme pour se défendre. Il quitte la pièce.

Goren étudie les dossiers que s'occupent Peter. Il ne s'agit que de petits délies : vols, cambriolages, recels et en déduit logiquement qu'il ne fait pas partie des meilleurs substituts du bureau de Carver mais ce dernier lui rappelle que c'est pourtant bien lui qui est en danger !

À la prison de Rikers, G&E interrogent Éric Walters qui risque une peine de 2 à 4 ans pour cambriolage. Éric jure ne rien savoir sur le piège tendu à son nom à Bohnam car sa mort ne l'aiderait en aucun cas à échapper à la prison. Goren se demande alors combien de détenus seraient heureux de voir Peter mort afin de ne pas être jugés !

G&E sont à la bibliothèque de la prison. -Alléluia ! L'endroit favori de l'ami Bobby ! Non pas la prison mais la bibliothèque, lol, avec tous ces livres. Ah qu'il est heureux !- Pendant que Eames interroge la bibliothécaire, Goren est attiré par un homme -non, c'est pas c'que vous croyez, lol !- qui semble étudier des bouquins de Droit. -Ça y est, j'ai mal à la tête !- Donc, comme je suis fatiguée à l'avance, lisez plutôt : Goren : « Hum, c’est au sujet d’affaires importantes ? » Le détenu : « Oh… je travaille seulement sur ma propre affaire. » Goren interrogatif et pointant du doigt un annuaire de Droit : « C’est vrai, vous avez été vraiment accusé de viol ? -Et là, on comprends que le détenu est un ancien avocat.- Vous avez travaillé au Ministère… Public contre Williams. C’est au sujet de l’accès de l’accusé aux dossiers sexuels de la victime ! » L’avocat détenu genre "De quoi il se mêle le gars ?" : « Hey ! Qu’est-ce que vous voulez, inspecteur ? »

Goren prend ses aises et s’assoie tandis que Eames le rejoint. -Ben oui, faut surtout pas louper une miette de cette échange.- Donc, Goren continue : « Est-ce qu’un détenu vous a posé des questions à propos de l’impact juridique de la mort inopinée… d’un substitut du procureur ? » L’avocat détenu sur la défensive : « C’est une information privilégiée ! » Et Eames lui balance in his face : « Il n’y a pas de privilèges pour les avocats incarcérés ! » Et l’avocat incarcéré lui sortant les Droits des citoyens : « J’peux m’arranger pour que ça l’devienne. Si le client avait l’espoir que toutes ses communications avec moi resteraient totalement confidentielles ! » Et à ces mots Eames sort les crocs : « Oh ! C’est pas vrai ! » mais Goren a compris parce qu’il est futé lui, -n’est-ce pas nunuche ?- il a compris que l’avocat détenu joue la carte du secret professionnel. Goren qui en connaît pas mal sur le Droit va avoir une conversation très étroite avec l’avocat incarcéré qui à la fin de la discussion lui donnera un nom : Artie Kahn, libéré sous caution il y a une semaine.

Dans la salle d’interrogatoire, Artie confirme à G&E qu’il a juste demandé quelles seraient les conséquences sur lui si Peter Bonham venait à mourir mais réfute l’acte commis sur sa voiture. Goren lui propose alors une lingette spéciale qui prouve ou non si une personne a été en contact avec du liquide de frein. Bien qu’hésitant, Artie s’essuie les mains mais aucune trace n’apparaît ; il n’est donc pas coupable !

Maître Eames veut absolument savoir pourquoi il a posé toutes ces questions et Artie leur dit que lorsqu’il était en prison il a entendu un homme parler au téléphone que Bonham aurait un accident. Goren lui montre la photo d’Éric Walters qui est bien l’homme qui a projeté la mort de Peter Bonham.

Chez les Bonham, c’est la fête ! Quand Peter entre, sa femme a convié une couple d’amis à prendre l’apéro avant de sortir voir une pièce de théâtre. -Géniale, la soirée !- Linda demande à son mari de bien vouloir descendre à la cave pour chercher une bouteille de vin et alors que les invités parlent à Linda de l’excellent caviar qu’on trouve à Istanbul, on entend trois coups de feu résonner. Mais, mais, mais que se passe -t- il ?

La police est déjà sur les lieux quand G&E arrivent. Ils vont directement dans la cave où ils entendent la déclaration de Peter qui affirme s’être fait agresser et qu’il a été dans l’obligation de se défendre. On peut lire sur le visage de Peter de la peur et de l’angoisse.

La victime est un certain Gary Burke qui travaillait comme barman. Selon les premières vues de Eames -grande détective- tout porte à croire qu’il était là pour commettre un cambriolage car son sac est rempli de tout le matos qu’utilise les cambrioleurs mais pour Goren tout n’est qu’illusion, c’est simplement une fausse piste pour faire croire à un cambriolage qui aurait mal tourné. De plus, il manque bien une balle dans l’arme de Gary.

Les inspecteurs interrogent Peter et Linda Bonham afin de savoir s’ils se servaient souvent de la porte d’entrée de la cave mais ils répondent que non car la serrure était rouillée mais Goren leur fait savoir qu’elle fonctionnait très bien quand il est descendu. Linda qui est sous le coup de l’émotion se met à lui crier dessus en disant que cela est normal qu’elle fonctionne vu qu’il s’agit d’un cambrioleur qui a dû venir pour vider leur coffre qui se trouve dans la fameuse cave. Mais le couple comprend vite que G&E ne croient pas au coup du cambriolage car pour eux c’était seulement pour donner le change.

G&E leur montre la photo de Gary Burke et leur font part du lourd casier judiciaire qu’il avait a porter mais aucun des deux Bohnam ne semble le connaître. Linda toujours paniquée demande à Goren ce qu’il se passe vraiment et il lui répond sincèrement qu’il suppose qu’une personne a mis un contrat sur la tête de son mari. Oh ! Malheur !

Au domicile de Gary, G&E font la connaissance de sa petite amie, Lori. -Non, pas la petite blonde qui chante des chansons nulles pour certains pré-ados qui ne savent pas faire la différence entre un "artiste" sorti tout droit d'un marketing à la noix et un véritable artiste à textes qui sait quoi dire !- Bref, cette scène est sympatoche à voir car Goren nous fait son show : The Goren's Show avec pour thème : le gaffeur. Il est donc clair que Gary a touché une très grosse somme d'argent vu les fringues et les bidules hors de prix que s'est offerte Lori dit que l'argent de ses biens provient de l'économie des pourboires que Gary a fait.

Elle ne sait pas que Gary a rendu l'âme et Goren lui dit qu'il va dira à son homme -à elle !- qu'elle n'était pas là quand ils sont venus et qu'il va lui parler de ses cheveux mouillés (elle sort de la gym où elle vient de prendre une douche) ainsi que de l'odeur de cigare qu'elle dégage (ça, c'est du bluff pour la faire réagir) et Eames lui fait comprendre que toutes les gaffes que va commettre son coéquipier va sans doute mettre Gary très en colère car il pensera qu'elle le trompe avec un type qui fume le cigare et qui lui laisse prendre une douche… Mais là, Lori est touchée car elle craint qu'à cause de toutes ces gaffes Gary ne la batte. Goren reprend son sérieux (il n'aime pas la violence facile, Bobby), il la rassure en lui redemandant gentiment d'où provient tout cet argent. Lori continue de dire qu'elle n'en sait rien mais elle leur dit que Gary reçoit très souvent des coups de téléphone d'un de ses amis en prison : Jo-Jo Martinez.

À la prison, C, G&E parlent à Jo-Jo qui est accompagné de son avocat. Carver lui dit que Gary a été appréhendé alors qu'il tentait de tuer un de ses collègues en la personne de Peter Bonham et bien qu'il n'ait pas décidé à coopérer avec eux, il dit à son avocat ce que son client devrait plaider car il le sait mêlé à l'affaire. Continuant de faire croire Burke en vie, Carver dit que s'il refuse, ils réussiront à faire parler Gary mais Jo-Jo leur dit qu'il a appris par la chaîne info la mort de Gary Burke. -Hey, il les a eu le mec ! Lol-

Goren a plus d'un tour dans son sac et dit que c'est justement un journaliste qui l'a entendu mettre un contrat sur la tête de Bohnam mais Martinez demande pour quelles raisons il ferait ça ?!?! E&C lui donnent quelques réponses mais bien que son avocat tente de le calmer (Jo-Jo l'envoie paître d'une force !), il se lève pour s'en aller quand Goren semble s'intéresser à son pull venant d'un pays que l'on appelle Pérou. Goren lui dit qu'il le trouve très beau -ouais, bof. "Ça se discute" les questions de goûts et de couleurs, Bob ! Lol- et cherche à savoir s'il lui a été fait par une personne mais Martinez quitte la pièce sans même lui répondre.

Carver parle à l'avocat d'avoir laissé passer la date limite pour un truc supprimant l'utilisation des drogues mais l'avocat se défend en disant que c'est Jo-Jo lui-même qui lui demandé de laisser tomber et bien qu'il est essayé d'en parler à se mère, rien y a fait. Il leur apprend que c'est maman Martinez qui payait les frais d'avocat s'élevant à 200$/semaine jusqu'à il y a trois semaines mais même s'il n'est plus payé aujourd'hui, il doit continuer de faire ce que lui dit son client.

Eames se dit que Jo-Jo essaie de se débarrasser de son avocat mais Goren dit que ça pourrait être ok que seulement s'il compte le remplacer par un meilleur avocat… et un meilleur avocat coûte plus de 200$ la semaine ! La question que se pose Carver : « Où Martinez va trouver la tune pour se payer un super bon avocat ? » et la réponse de Eames : « Ben, euh, au même endroit où Burke a trouvé la sienne ! » -Évidemment, j’ai mis ces phrases à ma sauce perso ! LOL-

Au domicile de Mme Martinez, elle dit à G&E ne pas être au courant que son fils souhaite avoir un nouvel avocat mais qu'elle doit faire ce que son fiston lui ordonne.

Goren (qui a toujours les yeux qui traînent) remarque les superbes pulls péruvien que maman Martinez tricote par amour pour sa progéniture. Il en prend un et (toujours aussi curieux) voit sous les manches intérieures, une petite poche qui selon lui sont sans doute là pour y cacher : des messages, des billets, de la drogue… lui dit-il avec un air coquin !

Apeurée par cette découverte maligne, la mère Martinez se fait aider par Eames qui la menace de mettre fin à son droit de visite si elle ne cause pas. Elle dit alors qu'elle y cache des messages qu'elle n'a jamais lu et ajoute que c'est une avocate qui le défendra gratuitement lorsque celle-ci reviendra de Californie.

G&E sont enfin sur une piste. Linda Bonham doit aller à San Francisco (dans l'état de Californie. <= Ouais, je connais un peu la géographie américaine !) et elle ne peut être que CETTE nouvelle avocate. Conclusion : elle le défend gratis et Jo-Jo fait tuer son mari pour la remercier de sa gratitude.

Dans un couloir du tribunal, Peter et Linda se croisent. Il va pour l'inviter à déjeuner quand un collègue de Linda les rattrape pour annoncer à Peter que la police soupçonne Jo-Jo Martinez d'être le commanditaire des tentatives de meurtre à son égard. Peter Bonham est chargé de l'affaire ainsi le collègue lui demande de s'en décharger mais il refuse. Le collègue demande l'aide de sa femme afin de le convaincre de changer d'avis mais Peter s'énerve en lui faisant comprendre qu'il n'a pas besoin de l'aide de sa femme pour prendre une décision et/ou savoir ce qu'il a à faire ! Et vlan, dans les dents !

Le gars s'en va et Linda ne désapprouve pas l'avis de son collègue mais Peter ne veut rien savoir et la réinvite à déjeuner mais elle s'éclipse prétextant un rendez-vous.

Dans le bureau du substitut du procureur Ron Carver, G&E expliquent ce qu'ils pensent savoir sur Linda et tentent de lui fournir quelques preuves comme le fait que Gary Burke ait pu entrer dans la cave malgré la serrure rouillée et le fait qu'elle ait insisté en disant qu'il était là pour cambrioler le coffre. Carver leur redit qui est la personne qu'ils sont en train d'accuser et bien que Goren essaie de gagner quelques points, Carver ne veut en aucun cas leur donner un mandat avec d'aussi ridicules preuves.

G&E sont chez Jerry et Allison Selwyn, le couple d'amis des Bonham, et Jerry explique comment s'est passé la scène d'avant la cave. -Vous l'ayant déjà expliquée, je ne ferai pas l'effort de vous la ré-expliquer !- Trouès cher… blablabla et blablabla, ils disent dans quelles circonstances ils se sont rencontrés et Jerry les envoie parler à Rodney Brooke, un avocat de l'ancien cabinet où bossait Linda qui a été très impliqué dans sa succession.

Sitôt dit-sitôt fait, G&E parlent avec Rodney qui explique la vraie raison du départ de Linda. En gros, il avait bu et a fait croire que c'est grâce à lui qu'elle a obtenu une promotion. Malheureusement, beaucoup d'avocats envieux ont tourné le dos à la pauvre Linda qui a été victime des pires critiques.

Désolé de cette bêtise, Rodney assure que Linda a réussi d'elle-même car c'est une femme brillante et ambitieuse. -Euh, cette scène se passe dans la rue où Rodney est à côté de sa voiture la porte ouverte… Mais la réalisation n'est pas top car on voit le micro moumouté qui pendouille au dessus de la tête de G&E et quand on voit ça, ça fait pas du tout très professionnel !-

Petit questionnaire rapide de Goren à Rodney dont les réponses nous apprennent que Linda a bien défendu Jo-Jo Martinez il y a 4 ans pour une dispute de voisinage. Elle l'a même aidé à surmonter son handicap : le bégayement. Goren explique à sa coéquipière nunuche que Jo-Jo hésite devant les mots commençant par la lettre P (comme p… p… pull) ce qui est la marque d'un bégayement maîtrisé. -Ça, je le savais car j'en avais entendu parler dans un doc sur la santé.-

De retour à la prison, Carver est maintenant convaincu de la culpabilité de miss Bonham. Il dit à l'avocat de Martinez comment et depuis quand son client connaît la belle qui l'a engagé pour descendre son mari et qu'en contre-partie elle le défendra. Après cette brève explication, Carver leur laisse le choix de choisir le camp dans lequel Jo-Jo souhaite être.

Martinez accepte de faire une déposition en échange d'une offre écrite puis comme on ne perd pas les bonnes manières, il quitte la pièce sans un mot.

Chez les Bonham rien ne va plus ! Linda est aux bords des nerfs car la police la humiliée en interrogeant leurs amis et ses collègues mais bien que Peter essaie de la calmer… on sonne à la porte. Dring-Dring !!!

Peter ouvre la porte à G&E qui, un mandat en main menottent Linda et l'embarquent.

Dans la salle d'interrogatoire, Linda se défend de n'avoir jamais pensé à faire du mal à son époux, et quel serait son mobile ?

Goren fouille dans ses affaires électroniques (agenda, téléphone) -fais gaffe Bobby, la technologie c'est trop… enfin c'est… c'est pas comme les bouquins quoi ! C'est plus complexe ! LOL- où il espère trouver le numéro d'un amant ou un message qu'elle aurait oublié d'effacer. Il est sûr et certain qu'il va trouver quelque chose qui va prouver ce qu'ils avancent sur elle ; Linda est devant lui : elle est calme, elle ne bouge pas, elle ne parle plus et elle ne le regarde pas jusqu'au moment -où elle réalise qu'elle a un beau gosse devant elle ? Et ben non. LOL- il jette son portable sur la table assez déçu de n'avoir rien trouvé de spécial. -Là, je tuerais pour être à la place de Linda car Bobby va la regarder avec un de ces regards qui rrr ! Putain que j'aimerais être à sa place !-

Sa loupiotte s'illumine mais elle ne comprend pas ce qu'il lui dit. En fait, c'est simplement simple. Son téléphone affiche le numéro des personnes qui l'appellent donc quand quelqu'un lui téléphone c'est naturellement qu'elle regarde le numéro donc…

G&E sortent de la pièce. Il explique à celle qui ne comprend jamais rien dès le début -faut tout lui dire à celle-là !- que si Linda avait été mêlée à cette histoire, elle n'aurait pas répondu à Peter lorsque ce dernier l'a appelée pour s'assurer qu'elle allait bien. J'vous laisse deviner la suite ?

Peter Bonham est le seul et unique coupable de ce traquenard. Ne voulant pas divorcé car il ne toucherait pas un pénil, la seul façon de se débarrasser de sa femme sans la tuer c'est de l'envoyer passer un séjour à perpét' en prison. Mais comme le dit lui-même Goren, cela ne va pas être facile de le coincer. De plus, il ne faut que personne ne soit au courant de leur découverte… enfin de sa découverte !

Le coucher chez les Bonham est morose. Peter nous fait la tête d'un homme trahi et trompé par sa douce et charmante femme qui lui jure ne jamais l'avoir trompé. Elle essaie de le rassurer en disant qu'elle n'a jamais eu honte de lui et qu'au contraire, elle a toujours admiré son travail.

Maintenant qu'on sait que c'est une mascarade orchestrée par Peter, la tristesse qu'on lit sur son visage ne veut pas dire : « Pourquoi ? Mais pourquoi ma femme veut me faire tuer ? » mais plutôt un truc du genre : « C’est pas vrai ! Mais que fait la police ? J’vais devoir ENCORE me la coltiner cette nuit, c’est pas vrai ! »

Eames apprend à Deakins (qui est dans la confidence) que Peter Bonham s’est servi de l’argent de son assurance pour économiser près de 25.000$ pour payer la personne qui est censée le tuer.

Ok, c’est bien beau tout ça mais Goren arrive et raconte l’histoire qui a dû faire déborder le vase : Il y a deux ans, Peter a obtenu la condamnation d’un mec pour une affaire de drogue où l’accusé a pris une peine de 25 ans de prison mais il a engagé un nouvel avocat qui a fait appel… Résultat : la décision a été annulée, la plupart des charges écartées et le mec n’a fait qu’un an de prison et devinez grâce à qui ? À la nouvelle avocate : Linda Bonham.

Alors ça, c’est pas un échec facile à encaisser. Peter a échoué face à sa femme et là, pour les hommes qui n’acceptent pas de voir une (leur) femme aux commandes gagner, c’est la honte ! Et là Peter n’a pas accepté ça ; et si on rajoute la promotion, l’histoire de Rodney par rapport à une infidélité s’en était trop pour un type qui souffre de troubles de la personnalité : passivité, agressivité… -ç’a aurait pu être mon diagnostic mais bon, j’vais pas vous mentir, c’est Bobby le génie de la famille ! Ah ! Ah ! Ah !- Peter Bonham est un lâche. Il ne se dispute jamais avec sa femme, il est hors de question pour lui de la contrarier et/ou de la contredire, donc son unique moyen pour l’avoir et la voir en prison -quel jeu de mots, je m’épate moi-même ! Lol- est de se servir de la police et du bureau du procureur.

Le brave chef mangeur de cacahuète -ben ouais, il en mange !- demande à ses inspecteurs quand pensent-ils prévenir Carver du retournement de situation de l’enquête mais ils lui répondent -enfin Goren, hein- qu’ils le feront quand ils seront prêts (en tant que preuves) à coincer Peter. Goren pense que la seule personne susceptible de les aider à le coincer est Jo-Jo Martinez ! -Ah Jo-Jo, un héros malgré lui !

À la prison, l’avocat de Jo-Jo donne la version des faits que son client à mis dans sa déposition : il a appelé deux fois Linda Bonham. Elle lui a dit ce qu’elle attendait de lui, elle a ensuite envoyé le blé à sa mère et Gary Burke est allé récupérer sa part chez maman Martinez.

Jo-Jo dit à Goren que Linda envoyait des mots à sa mère avec un numéro d’appel et ces messages arrivaient via les pulls du Pérou -lol- mais il jure que sa môman n’était pas au courant de ce qui se tramait. Il dit que les numéros étaient différents, c’était des numéros de portable.

Goren s’interroge… Goren l’interroge. Il demande à Jo-Jo comment il savait que la personne à qui il parlait était bien Linda. Jo-Jo répond qu’il n’est pas sûr que c’était elle d’autant plus que la deuxième fois, elle lui a dit qu’elle avait mal à la gorge. Il dit qu’ils ne prenaient pas le temps de bavarder et qu’ils parlaient "boulot direct".

À son bureau, Goren est contrarié. Il ne trouve rien qui pourrait coincer Peter qui a fait un bon boulot pour faire accuser sa femme… rrr, il a les nerfs ! -T'inquiète pas Bobby, chui avec toi !!!-

Eames dit à Deakins que les numéros appelés étaient ceux de téléphones à cartes impossible à retrouver. Elle pense que pour les voix féminines Peter a engagé des prostituées…

Goren est toujours inquiet car il lui manque quelque chose, LA chose qui faire dire Amen à Peter. Il récupère le dossier dans lequel se trouve la déposition de Jo-Jo qu'il venait de donner à une secrétaire pour… l'améliorer. Et oui, voilà son idée : il va rajouter un fait comme un troisième coup de téléphone donné par Jo-Jo à Linda. Bien que Deakins comprend le subterfuge, Eames quant à elle, est toujours dans les choux !

Dans le bureau de Carver, Linda se défend telle une tigresse défendant son repas ! Elle n'a rien fait et tient à le faire entendre à notre cher Ron qui lui parle des coups de téléphone de Jo-Jo à son intention mais elle refuse d'entendre ce qu'il raconte.

Goren lui montre la déposition avec les dates et les heures de ces appels. Elle est vraiment in the moon… Après une petite réflexion, elle affirme vaguement les deux premiers appels (les vrais) mais se rappelle que pour le troisième (celui ajouté par Bobby), elle était en voiture pour aller dans le Connecticut. Elle dit que Peter et elle voulaient louer une maison pour l'été et hum qu'ils ont mangé des langoustes. Elle retrouve le sourire car elle est certaine que Jo-Jo a menti et que son mari va venir concilier ses dires.

Carver est perplexe. Il lui dit qu'il vérifiera ça plus tard avec Peter plus tard quand Goren suggère de le lui demander tout de suite et évidemment, il sera rejoint par l'enthousiasme de Linda.

Carver fait venir Peter. Il l'accueille accompagné de Goren au pas de la porte de son bureau où il dit avoir passé l'après-midi avec leur fille Sarh à Central Park (trouès cher… lol) sans la présence de sa femme qui était seule à leur domicile. En répondant aux questions de Carver, Peter fixe sa femme qui croit qu'il la sauve mais son regard veut dire : « Enfin ! Voilà, j’vais t’avoir sale garce ! J’vais pouvoir pioter seul ce soir ! » Il conclut en disant qu’elle était chez eux et qu’en aucun cas ils sont allés dans le Connecticut.

Rentrant dans le bureau, Linda a lu dans le regard de Carver. Elle tente de faire à Peter rappeler cette folle journée (qu'il se rappelle très bien) mais lui tourne le dos pour ne pas entendre la vérité. Son avocat veut emmener Linda ailleurs et le regard des Bonham se croise… Linda comprend ! Elle comprend que son bien-aimé la piégée et ça, elle tente de le faire comprendre à Carver mais pour lui, l’enquête est bouclée.

Goren prend Peter par l’épaule lui disant qu’elle a tout compris ; ce qui n’est pas la cas de Carver qui ne pige rien à ce qu’il raconte. -C’est rien Ron. Pour une fois, j’vais être cool et ne pas te vanner car je sais que pour une fois : You lose control !-

Goren dévoile le poteau rose à Carver innocent de tout. Peter tente de nier ce qu’avance l’inspecteur mais Goren avoue qu’il a lui-même rajouté un appel de Martinez à sa femme et Bonham est coincé car Goren a la preuve qu’ils sont allés dans le Connecticut car il a le relevé de sa carte de crédit qui a servi à payer 12$ d’essence… dans le Connecticut ! PIÉGÉ ! Il est piégé dans les deux cas : soit il confirme l’alibi de sa pauvre femme ; soit il confirme la fausse déposition de Jo-Jo. Ah ! Ah!

Carver est sur le Q d’avoir malheureusement compris ce qu’il vient de comprendre ! -LOL- Goren parle de la haine qu’il éprouve envers sa femme à cause de son travail, de son salaire, de sa pro-mo-tion… Il parle du mec qu’il avait réussi à condamner mais que sa femme a quasiment libéré…

Goren fait raisonner que sa femme est bien plus forte que lui dans le boulot et qu’elle l’a humilié (sans le vouloir car elle, elle l’aimait) devant toute la communauté judiciaire. Il continue en lui disant qu’elle l’a même battu à son propre piège -ça, c’est grâce à toi Bobby- et que tout le monde va le savoir !

Peter Bonham s’explique auprès de Carver mais trop déçu par son jeune collègue, il ne tient pas compte de ses mots quant à G&E, il s’en foutent ! Il se fait arrêter pour le meurtre de Gary Burke. -Et moi, je dis : « Essaie de te trouver un bon avocat ! Mais ne demande pas à Maître Linda Bonham, j’crois qu’elle refusera ! » LOL-

Phrases de fin :

Carver : « Il y a… longtemps que vous le soupçonniez ? »

Goren : « Depuis quelques jours. On n’pouvait pas prendre le risque qu’il le découvre… »

Mais Carver le coupe dans son élan : « Merci. Ce n’est pas la peine de m’expliquer ! Il faut d’abord que je m’occupe de Peter Bonham mais… nous en reparlerons vous et moi, rassurez-vous ! » leur dit-il d’un air enragé et dégoûté.

Eames toujours tranquille et détendue à Goren : « Il s’en remettra. Ce n’est pas le cas de Peter Bonham. »

NOTE : 9/10

Mon avis : Très bon épisode. Je dois dire que quand je l’ai vu pour la première fois, je n’ai pas été conquise. C’est grâce à cette review que j’ai kiffé cet épisode.

Tout est bon : l’idée du scénario, les acteurs… Le fait que G&E mettent du temps à comprendre que le véritable coupable est parmi eux et qu’il se joue d’eux est totalement géant ! Le rôle de Carver et la baffe qu’il se prend à la fin sont touchants, ça montre que même si je m’acharne sur lui quelques fois parce que je le trouve dur (et chiant), il a quand même un cœur.

Bref, c’est un très bon épisode mais il n’aura pas la note maximale car il manque encore ce petit truc qui fait que… ben que ça fait 10/10 quoi ! Lol

Review réalisée par Stef

Episode diffusé sur NBC le 20/10/2002
Review en ligne depuis le 09/01/2005

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7