New York Section Criminelle

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Section Criminelle > 2.05

15 Décembre 2019

New York Section Criminelle

Episode 2.05 : Chinoiserie

Review réalisée par Ororo


Meurtre à Chinatown

1989, Pékin, place Tien-Amen. Les étudiants se sont soulevés en masse pour rejeter le gouvernement communiste chinois. Mais la rébellion a été matée par l'armée. Les chars sont entrés en action et la répression a été terrible. Sur un char, il y avait un jeune militaire inhumain qui hurlait "Tirez! Tuez-les tous!". Les étudiants l'ont appelé "Fapichiçarane"...
2002, Chinatown. Pour Annie Littleton, étudiante chinoise à l'époque, ces événements sont loin. Aujourd'hui, elle est à Chinatown avec ses 2 enfants en bas-âge pour y faire ses emplettes. Soudain, l'horreur ressurgit : elle voit de l'autre côté de la rue le "Fapichiçarane"... Instinctivement et terrorisée, elle hurle après lui ce terme en Mandarin, elle traverse la rue, manque de se faire écraser, et essaye de courser son ancien bourreau. Ce dernier, reconnu, prend la fuite. Annie Littleton le perdra de vue car comme d'habitude, les rues à Chinatown sont bondées de monde. Elle revient auprès de ses 2 enfants et essaye de reprendre le cours de sa journée. Elle marche dans la rue, tenant ses 2 enfants dans chaque main, quand soudain, elle s'effondre, mortellement touchée par deux balles tirées à bout portant dans son dos... Les 2 enfants croiront que leur mère s'est endormie et essaieront, calmement et innocemment, de la réveiller... Mais sans succés... Le générique s'enclenche...

Pang Shi, le tueur hurlant

1989, Pékin, place Tien-Amen. Pang Shi n'était pas étudiant, lui. Il a préféré s'engager dans l'armée de Libération du peuple car l'état chinois enrôlait à l'époque pour annihiler la révolte des étudiants. Dans un état d'urgence proclamé, cette armée de Libération du peuple avait tous les droits et jamais, jamais, le gouvernement chinois a considéré qu'un tueur hurlant comme Pang Shi n'avait fait quelque chose d'illégal contre son pays. Pang Shi était le démon sur la place Tien Amen : "Tirez! Tuez les tous!". Sa folie meurtrière a hanté à jamais les esprits de nombreux étudiants.
C'était l'État d'Urgence.
Mais sitôt, les événements dissipés, Pang Shi a vite quitté le pays car rester à Pékin ou en Chine, c'était la mort assurée et inévitable pour lui. Nombreux étaient ceux qui réclamaient sa tête! Alors, voila pourquoi on a retrouvé Pang Shi à Chinatown. Manque de chance pour lui d'abord, car Annie Littleton traînait dans les parages et l'a formellement reconnu...
Pang Shi est donc à New York. Mais pour rester aux USA, il faut avoir un droit de séjour. Et pour cela, il faut surtout travailler. Alors Pang Shi fait la plonge à New York, mais pas que ça. Il a gardé un contact en Chine avec un jeune militaire connu lors de ses sinistres événements de 89. Ensemble, ils vont organiser un trafic qui consiste à sortir de Chine des objets d'art pour les revendre très cher à des collectionneurs américains. Il s'est associé avec Stuart Gaston qui lui trouvent des acquéreurs, Pang Shi, lui, s'occupe de la logistique. Si tout est bien huilé, il y en a pour des millions pour Pang Shi, son pote militaire resté en Chine, et pour Stuart Gaston.

Boby et le calligraphe

L'oncle du militaire, resté en Chine et pote de Pang Shi, est sûrement le meilleur calligraphe de la Cote Est. Les inspecteurs Goren et Eames remontent aisément sa trace car ils ont perquisitionné un lieu où ils ont découvert un parchemin authentique écrit dans le style impérial de Chine.
Goren, dans l'atelier du vieil homme, s'enthousiasme :
"Vous pensez que j'ai une chance d'apprendre la calligraphie chinoise?"
Le calligraphe : "Si vous travaillez dur, c'est possible!"
Goren : "Je veux apprendre ce style, celui qui est sur cette table!"
Le calligraphe riant jaune : "Mais c'est le style impérial, le plus difficile de tous, très peu de personnes au monde le maîtrisent!"
Goren montre alors le parchemin et le compare à l'oeuvre du calligraphe et s'exclame :
"Mais c'est exactement pareil! C'est la même personne qui a écrit le parchemin et cette oeuvre là!"
Le calligraphe, très embêté, bégaye : "Euye, non, shur la table : ch'est moi! Mais shur la photo, je shais pas!"
Goren, rusé, lance : "Chaque coup de pinceau de son auteur montre sa vitalité! Son énergie! Nos spécialistes pourraient en déduire que l'auteur est identique et ils pourraient même déduire que ces pinceaux-là ont écrit les mêmes choses!"
Confondu, le calligraphe renseigne les inspecteurs. Il leur explique qu'il est effectivement l'auteur du parchemin. Et que ce parchemin était destiné à authentifier la provenance d'un objet d'art chinois à la valeur inestimable, et qui va bientôt rentrer illégalement dans ce pays!

Boby au pays des merveilles

Robert Goren et Alex Eames sont donc très vite mis sur la voie du trafic d'objet d'art chinois. Ils sont d'ailleurs dans un magasin d'antiquités pour demander le nom des acquéreurs pour ces objets. Ils cherchent des acquéreurs qui bougent à partir du million de dollars. Mais la vendeuse est récalcitrante à donner ses clients. On sait que notre inspecteur est friand d'art et que le sujet le passionne. Mais pour faire avancer son enquête , il est prêt à commettre des sacrilèges. Il se promène dans les allées étroites de tables bondées d'objet d'art en faïence. Trop étroites ces allées pour Boby, qui est une armoire à glace, surtout avec son large manteau. Il fait exprès de se montrer maladroit en manquant d'un fil de renverser plusieurs objets. La vendeuse est très inquiète devant cet étourdi d'inspecteur. Elle le suit comme son ombre, redoutant le pire avec lui. Elle n'a toujours pas donné de noms. In-extrémis, elle a rattrapé une précieuse faïence qui a manqué encore de tomber dans l'allée. Elle en a des sueurs froides mais malheureusement pour elle, Boby est déjà parti de l'autre côté de la table et là, il a décidé que la plaisanterie était terminée :
Avec un seul doigt, il tient une statuette qu'il incline "dangereusement" du côté de l'allée, et lance à la vendeuse : "Je suis prêt à parier cette statuette, que vous savez qui bougent pour des objets de 1 million de dollars!".
La vendeuse regarde cette statuette de grande valeur, retenue par un doigt et envisage le pire.
Boby lui dit de réfléchir et redresse de son doigt la statuette, qui risque maintenant de se fracasser sur la table remplie d'objets précieux et fragiles. Réflexe immédiat de la vendeuse qui, avec ses deux bras tendus, évite encore le pire. Mais Goren est déjà parti ailleurs et lance :
"Et pendant que vous réfléchissez, je vais aller faire un tour dans ses allées parmi toutes ces merveilleuses choses..."
La vendeuse abdique : "Arrêtez, je vous en supplie! Je vais vous donner ces noms..."

L'arrestation de Pang Shi

Les inspecteurs ont eu un nom : celui de Mme Mobray passionnée d'art chinois. Elle est très riche car c'est l'unique héritière d'un père qui avait sa propre banque privée à Hong Kong. Très petite, son père l'a gâté d'objets d'art chinois : tellière millénaire, poupée en térakota... etc. Goren note une touche de nostalgie chez cette dame âgée de 72 ans. Mais Boby soupçonne que toute sa collection d'art chinois est truffée d'acquisitions douteuses. Mme Mobray a déjà reconnu aux inspecteurs connaître Stuart Gaston et son associé, à qui elle a eu affaire. Mais, elle clame son innocence et sa bonne foie aux inspecteurs :
"Je me suis assuré de la provenance de ses objets authentiques. Tout est en règle."
Eames : "Non Mme Mobray! C'étaient des acquisitions illégales et elles restent la propriété de l'état chinois! Stuart et son associé vous ont menti..."
Goren : "Nous sommes discrets envers les victimes... (Boby très lentement)... si elles se comportent bien sûr comme des victimes!"
Devant la perspective de voir partir certaines de ses acquisitions, Mme Mobray collabore avec les inspecteurs. Elle leur dira qu'elle devait acheter un cheval en bronze dont l'origine a été parfaitement authentifiée. Cette révélation fera plonger Stuart et Pang.
Eames lui demande : "Vous connaissez l'associé de Stuart Gaston?"
Mme Mobray : "Oui. Vous voulez parler de Pang. Un individu des plus rustres!"
Eames : "Vous savez où on peut le trouver?"
Mme Mobray : "Je sais où il travaille. Vous ne devinerez jamais!"

Les inspecteurs s'en iront à la cuisine ou Pang Shi, encore seul pour le moment, craque devant toutes ses assiettes à plonger. Indigne de lui ce job, doit-il penser. On va le voir prendre une assiette et la fracasser de rage contre le mur. Mais Goren le surprend et pointe son arme : "Il va falloir rembourser!". Pang Shi cherche à se dérober par l'autre sortie, mais Eames s'y tient et lui lance tout en le braquant : "C'est pas votre jour, Mr Pang!". Pang Shi lève les mains sans qu'on le lui demande. Goren arrive dans son dos pour le menotter et dit : "çà, c'est un bon soldat! Il sait quand il faut se rendre!"

Stuart et Pang interrogés

Stuart Gaston n'avait aucune idée des horreurs perpétrées par Pang Shi quand il s'est associé avec lui. Interrogé par Goren, il est fort surpris quand Eames rentre avec Pang Shi, menotté. Ron Carver dit à l'avocat de Stuart Gaston : "Je vous présente l'associé de votre client : Pang Shi, plus connu à Pékin pour être le "boucher" de la place Tien Amen!". A ces mots, Stuart Gaston est pris d'un profond dégout car lui, est un homme de bonnes manières. Ils sont tous les 2 ici pour être interrogés sur le meurtre de Annie Littleton. C'est maintenant chacun pour soi. Pang Shi a un de ces regards à vous glacer le dos! Et celui qu'il lance à son ami est terrible! Mais il n'impressionne pas Stuart Gaston qui est prêt à faire une déposition contre lui. Suite à la lecture du "fait divers Annie Littleton" dans les journaux, il pense que Pang Shi a tué Annie car il avait vu Annie chercher désespérément Pang Shi alors que ce dernier avait trouvé refuge dans sa voiture. Au volant, on avait vu Stuart Gaston très inquiet de l'intérêt de Annie pour son associé car cela risquait de compromettre la juteuse affaire en vue avec Mme Mobray. On avait vu Pang Shi ressortir de la voiture quand Annie était allé retrouver ses enfants. Mais est-il vraiment le meurtrier?
Ron Carver lui accorde le bénéfice du doute : "Comme c'est le pays de la 2°chance, vous allez nous raconter, Mr Pang, votre version des faits."
Pang Shi se met à table : "Non, je n'ai pas tué cette femme! Elle m'a reconnu, et alors? C'est Gaston! Lui, c'est un vrai crocodile qui s'approche de vous sans crier gare! Il m'a volé mon avenir ici maintenant. Je ne possède rien ici. Si je retourne en Chine, je suis mort!".
Pang Shi reconnaîtra et expliquera en détail le trafic des objets d'art chinois à Ron Carver.
Ron Carver dira à Stuart Gaston : "Je suis étonné que vous vous êtes mis en association avec un plongeur!"
Stuart Gaston : "Pang, un plongeur!!!??? Vous délirez! Il possède une fabrique à Hong Kong!"
Très troublé par cette déclaration, Goren dira à Carver : "Si Stuart Gaston n'a pas pris de référence sur Pang Shi, quelqu'un d'autre l'a fait!"

Mme Mobray, grand-mère restée petite fille

Mme Mobray discute avec son fidèle serviteur Liam Montgomery. C'est lui qui authentifie toutes les origines et les provenances des acquisitions de Mme Mobray. Il parcourt le monde à la recherche d'objets d'art très rares. C'est en quelque sorte un agent secret du monde de l'art. Ses services et sa loyauté sont inestimables pour Mme Mobray qui a dit aux inspecteurs "Je suis une proie facile pour des hommes comme Gaston et Pang". Mme Mobray est peut-être âgée mais elle n'est pas folle. Quand elle fait un gros chèque, c'est toujours parce que c'est une bonne affaire!
Mais cette affaire du cheval de bronze, rentré illégalement dans ce pays, inquiète Liam Montgomery. A forciori, quand c'est lui qui l'a magistralement dérobé au nez et à la barbe de Pang Shi. Il veut quitter le pays au plus vite, histoire de se faire oublier et en fait part à Mme Mobray qui lui répond :
"Vous avez parfaitement rempli votre mission Liam et je vous en remercie."
Liam : "Je vais aller au Tibet histoire de voir si il y a des affaires. Je vous tiendrai au courant. Je ne vous oublierai pas Mme Mobray!"
Mme Mobray, ravie de cette acquisition au rabais grâce à son fidèle serviteur, lui tend une enveloppe bien garnie de gros billets. On peut penser que la somme est coquette vu l'étonnement de son loyal expert. Ils se disent au revoir et Liam Montgomery s'en va.

Mais contre toute attente, nous allons voir Mme Mobray prendre une pose magnifique.
C'est une dame de 72 ans absolument resplendissante de satisfaction intérieure qui regarde son serviteur s'en aller. Son sourire transfigure littéralement son visage vieilli et laisse apparaître la jubilation juvénile d'une petite fille qui maintenant possède un jouet ardemment désiré.
Il est très rare de voir des personnes de cet age aussi contente d'elle-même. Ce contraste était vraiment saisissant, on l'a noté, et on tire un coup de chapeau à l'actrice.

Prête à tout pour revivre la belle époque

Mais le meurtre de Annie Littleton n'est toujours pas résolu même si Goren a déjà son idée en tête. En tout cas, Ron Carver est décidé à mettre bon ordre dans ce trafic d'objets d'art chinois. Il a d'ailleurs convoqué Mme Mobray pour "faire le point sur ses acquisitions illégales".
Ron : "Je suis prêt à me montrer conciliant étant donné votre grand âge, Mme Mobray"
Mme Mobray : "Que me proposez-vous?"
Ron : "Une légère peine d'emprisonnement et une amende substantielle!"
Mme Mobray : "J'accepte."
Et adieu le magnifique cheval en bronze, Mme Mobray ne l'aura pas gardé longtemps chez elle.
D'ailleurs, Boby l'a sorti du carton et le pose sur la table. Mme Mobray le contemple avec grâce et vante cette perfection sublime, selon elle. Boby éclate de rire. Un rire jaune en fait...
"Précieux? Aussi précieux qu'une vie humaine?"
Mme Mobray ne comprend pas où l'inspecteur veut en venir, mais s'inquiète plutot de son comportement. En effet, Boby a pris le fameux cheval en bronze et le manie avec une dextérité maladroite, ce qui trouble Mme Mobray, très inquiète de la casse assurée et à venir, si l'inspecteur n'en prend pas mieux soin. Elle lance à Goren :
"Inspecteur, je vous en prie, reposez le sur la table! J'insiste! C'est trop précieux!"
Boby rétorque : "Et ce n'était pas précieux pour Annie Littleton d'avoir 2 enfants! Elle s'était mise sur votre chemin et vous avez dit à Liam Montgomery de régler le problème!"
Mme Mobray est mal à l'aise, surtout après le N° de Boby avec le cheval de bronze. Et ces dernières paroles l'impliquent implacablement en tant que commanditaire de meurtre. En outre, l'inspecteur en rajoute :
"Vous avez passé votre enfance en Chine! Votre père vous gâtait d'objets d'art ! "Cette poupée en térakota pour toi ma petite Lucille : un merveilleux cadeau pour ma merveilleuse petite fille"! C'est ce que vous disait votre père, Mme Mobray! C'était une époque magique! Et vous,... vous,... vous êtes prête à tout pour retrouver cette belle époque!"
Mme Mobray, les larmes aux yeux et très affectée : "Cette femme allait forcément tout gâcher!"

Mme Mobray sera arrêtée, et passera sûrement la fin de sa vie en prison. Liam Montgomery, le meurtrier, lui est au Tibet et n'est pas prêt de revenir aux USA...

La conclusion devant cette magnifique oeuvre d'art que ce cheval en bronze,
Eames dira : "Il est magnifique! Unique en son genre! La chine sera heureuse de le récupérer!"
Goren verra ça différemment : "La vie de Annie Littleton était unique en son genre!"

Note : 8/10.

Review réalisée par Ororo

Episode diffusé sur NBC le 27/10/2002
Review en ligne depuis le 13/11/2003

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7