New York Section Criminelle

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Section Criminelle > 2.08

10 Décembre 2019

New York Section Criminelle

Episode 2.08 : The Pilgrim

Review réalisée par Stef


Pré-générique : En arrivant chez elle les bras chargés de sac -de bouffe !-, Leslie Dornan croit retrouver son doudou dans le salon mais au lieu de ça, elle trouve une lettre d’adieu. Évidement, elle n’accepte pas la rupture -et moi, je n’accepte pas la façon pitoyable dont elle a été quittée- et téléphone à son ex mais tombe sur son répondeur… -Tu parles, il a dû changer n° de phone ! LOL- Elle lui laissera quand même un message du genre : « Chéroui, chéroui (à dire de façon très antillaise) je croyais que tout était arrangé ! » puis elle lui parle de la lettre. Vous rendez-vous compte que cette lettre lui a été dactylographiée et MÊME pas signée !!! -Le goujat !- Ensuite, elle lui demande si l’arrivée de ses parents (à elle) à avoir avec son départ (à lui)… Accro à ce mec -comme moi au chocolat- elle le supplie de faire son come-back -alors que moi, j’ai toujours mon Gallak !- LOL

Dans un bar, Leslie retrouve une amie à qui elle raconte la façon ignoble dont s’est faite larguée et un peu plus sûre d’elle, elle menace de le tuer s’il a une autre nana. Jouant sa Joey Starr au féminin, elle décide de re-téléphoner au fugueur devant son amie et joue les dures en prenant son air (« J’suis colère, faut pas m’chercher !) et lui sort un truc du genre : « Hey ! C’est encore Leslie ; si tu n’appelles pas dans les 12 heures, t’auras des problèmes ! Je sais ce qu’il se passe dans cette école ! » Alors là, je me dis : « Quoi elle sort avec un étudiant ? » mais vous comprendrez plus tard… Bref, même avec ses faux airs de gangstas, elle n’est pas crédible et son amie le lui fera comprendre. La honte ! Son amie partie, Leslie toujours au téléphone se remet à miauler des mots doux à son doudou : « Ouech, ange de ma vie, démon de mes nuits, reviens dans ma vie, sans toi je m’ennuie. » -Euh, ce n’est pas vraiment ce qu’elle dit mais ça y ressemble.

On retrouve notre amie Leslie qui est dans une épicerie où elle achète des bouteilles d’alcool pour noyer son désespoir en se faisant un cocktail (explosif… là aussi, vous comprendrez plus tard). A la caisse, le vendeur lui fait un de ces cacas nerveux car il lui manque 80 cents et c’est un jeune homme d’apparence sympathique qui les lui donne. La dette payée, elle s’en va mais le jeune homme resté non loin d’elle prend le même chemin qu’elle.

Neal et Nancy Dornan, les parents de Leslie, qui ont été oubliés à l’aéroport, rentrent chez leur fille grâce à la concierge qui leur ouvre la porte. En allumant la lumière de la chambre de sa fille, Neal et la concierge découvrent des inscriptions arabes sur le mur au-dessus de la tête du lit. Ils ne comprennent rien à ce qu’il se passe car toutes les affaires personnelles de Leslie sont dans l’appartement… Neal, ancien flic à la retraite demande à la concierge de ne rien toucher et d’appeler la police avec son portable.

Générique

Dans l’appart’ en question, on retrouve encore notre couple d’inspecteurs préférés : Bobby et Stéfy ! -Ah, euh, attendez, on m’informe que Stéfy a dû être remplacée par une "jeune" recrue… lol- Donc pour cet épisode, on retrouve Robert Goren et Alexandra Eames. -Pouah, c'est pô juste ! LOL-

Eames apprend par un collègue, qui l'a appris par les voisins, que Leslie n'a pas de petit ami ni de petite amie… pendant que Goren (la tête penchée) -« Fais gaffe Bobby, tu vas attraper un torticolis ! »- tente de comprendre ce qu’il lit, -moi, j’y comprends que dalle !- Là, l’encyclopédie B.Goren ne nous impressionnera pas car il ne sait pas lire cette langue mais il nous épatera quand même car il sait qu’il s’agit de l’araméen, langue utilisée pour écrire l’ancien testament.

En se dirigeant vers le couloir, Goren montre à Eames une toile écrite dans la même langue (une prière du Seigneur) rapportée par la grand-mère de Leslie lors d’un voyage en Turquie et demande aux parents s’il s’agit de l’écriture de leur fille qui est inscrite sur le mur. Les Dornan ne savent même pas si leur fille sait lire, écrire ou comprendre cette langue.

Ils déclarent aussi à Eames que Leslie ne se ferait jamais du mal car c’était une bonne vivante et ajoutent ne rien savoir sur sa vie privée ; pourtant en reniflant (comme d’hab’) une substance grasse qu’il a trouvé sur le mur du salon juste au-dessus de la tête d’un fauteuil, Goren en déduit que c’est du gel laissé là par hasard par un homme qui a l’habitude de prendre ses aises…

Après avoir entendu le rapport de Goren, le père avoue que sa fille fréquente mais c’est le silence total lorsque l’inspecteur lui demandera pourquoi il s’est tue quand la question lui a été posée plus tôt.

Convoquée au commissariat, l’amie de Leslie apprend à G&E que le chéroui en question s’appelle Ali Al Jabad, qu’il est marocain et qu’il est étudiant à la faculté Hunter. Leslie n’en a pas parlé à son père car il n’aime pas les musulmans.

Selon les dires de l’amie, Leslie aimait Ali et Ali aimait Leslie, et il la couvrait de présents de grandes valeurs comme une table basse (une antiquité) importé d’Amsterdam (NDRL : Pays-Bas) qu’il avait demandé à l’amie de l’acheter. Ali lui avait donné de l’argent ainsi que le nom d’un marchand qui s’est ensuite occupé de se charger de l’expédition. Et c’est dans la camionnette du frère de l’amie, qu’ils sont tous allés dans le New Jersey récupérer le colis.

Goren devient méfiant et se pose des questions et lui demande comment Leslie et Ali se sont rencontrés… Gênée par cette question, Eames l’aidera à répondre et leur dira qu’ils se sont rencontrés grâce à un site Internet tout mignon tout plein.

Visionnant la vidéo d’Ali faisant son annonce sur le site Goren qui ne le regarde même pas en déduit qu’il n’est pas marocain et qu’il viendrait d’un pays situé plus à l’est.

Étudiant depuis deux ans, Ali a suivi tous les cours pendant un trimestre et s’est contenté d’un seul cours chaque trimestre ; -j’aurai bien voulu en faire autant mais je me serais mangé des coups de pied dans le popotin ! LOL- histoire de satisfaire les exigences de son visa, -pour ma part, c’était pour satisfaire mon frère et ma mère-grand ! LOL-

Goren a tout compris. Ali s’est trouvé une fille vulnérable affectueusement qui ne pose aucune question indiscrète, il s’installe rapidement chez elle, et devient ainsi invisible : Ali est un dormant. Non pas qu’il dort tout le temps mais il prépare quelque chose de pas très saint. Deakins perplexe trouve d’autres arguments qui pourraient expliquer les choix d’Ali mais Goren ayant demandé la traduction de ce qui était sur le mûr de Leslie est convaincu que quelqu’un tente de la faire passer pour une nana désespérée ; en effet, il était impossible pour la personne l’ayant "enlevée" d'écrire en anglais car l'écriture n'aurait pas été identique à celle de Leslie, la personne a donc écrit en araméen un passage du cantique genre : « Je t’attendais mon amour mais tu n’es jamais venu et blablabla et blablabla… . »

G&E retrouvent la trace des déplacements effectués par Ali depuis sa "fugue". Il a pris un vol pour l'Allemagne au départ de Neware, le jour même de la disparition de Leslie ; quelqu'un s'est donc occupé de la pauvre fille ! De plus, il a fait des escales qu'il n'était pas obligé de faire… Il a dépensé beaucoup d'argent inutilement, alors pourquoi ?

La petite loupiotte de Goren s'illumine et comprend que le coup du cadeau acheté à Amsterdam n'était qu'un coup d'essai pour tester les inspections des douanes. -Ben oui, Bobby a dit qu'Ali aurait pu acheter la même table chez l'antiquaire du coin pour deux fois moins cher… P't-être, mais elle n'était sans doute pas aussi belle ! LOL Pff, de toute façon l'art des vieux meubles et moi, ça fait deux ! LOL-

Arrivés sur le port transitaire du New Jersey, G&E (qui va se prendre une de ces te-hon !) parlent à la responsable des réceptions qui leur affirme qu'Ali est bien venu chercher une caisse importée des Pays-Bas.

Eames -ha, ha, ha, je ris déjà ! Ha !- lui demande si les douaniers ont inspecté le conteneur…-vu qu'elle va se sentir gênée, partageons ensemble cette question qui n'aurait pas dû être : Eames : « Est-ce que les douaniers l’ont inspecté ? » -La responsable : « Inspectée ?… La caisse ?… Vous plaisantez ? » lui demande -t- elle avec un air qui pourrait vouloir dire : « Mais qu’est-ce que tu me chantes là, tu crois vraiment qu’on a le temps d’inspecter tous les conteneurs qui arrivent chaque jour… Mais tu es folle ma fille ?! » -LOL- Et Eames super méga gênée lance un regard à son collègue qui pourrait vouloir dire : « Ben quoi, j’ai pas la science infuse comme toi… », il faut dire qu’il la regarde bizarrement aussi… Bref, tout ça pour dire qu’Eames lui répondra d‘une voix sèche : « Ouais… je plaisantais ! » -Non, non Alex, ne soit pas de mauvaise foi, tu étais sérieuse et tu t’attendais à une réponse. Allez, on ne le répètera à personne ! LOL-

C’est accompagnés de la brigade canine que Goren et Miss La Honte inspectent le conteneur où la caisse d’Ali a voyagé, et ce que redoutait Goren depuis le début s’avèrera exact ; Ali a fait passer des explosifs avec la table basse ! Nerveuse, Eames nous apprendra qu’avec cette nouvelle, elle n’en dormira pas de la nuit, bien que nous savons qu’elle aurait besoin d’un très long sommeil réparateur… Ha, ha, ha !

On rigole, on rigole, mais pendant ce temps, le généreux jeune homme fait quelques courses -sans doute pour préparer une sauterie, ah ! Ah ! Ah ! Je deviens de plus en plus drôle, lol- car il achète des choses "bizarres" telle que des clous, des billes en plomb, des boites de mort aux rats… -Donc, si vous m'avez suivi jusque là, il ne fait pas tous ces achats pour retaper son appart'!-

De retour au commissariat, on apprend que le labo a révélé que c'était de la titadine (une forme très perfectionnée de dynamite) qui avait été transportée dans le conteneur. Coïncidence, car il se trouve que 8 tonnes de ce dangereux produit a été volé en Europe. -Wouah, 8 tonnes !! A mon avis, même si je ne suis pas experte en explosifs, je pense que cela doit faire pas mal de dégâts !-

Entre temps, on apprend que notre généreux jeune homme (et mignon, ce qui ne gâche rien -mais ça, c'est perso-) a un nom : Jorge Galvez.

C'est dans le restaurant où Jorge Galvez travaillait que G&E interrogent son ancien patron qui leur apprend que celui-ci n'est pas revenu travailler depuis son hospitalisation due à une crise d'appendice. Il déclare aussi ne pas connaître sa nouvelle adresse ni même ses amis proches à part les personnes chargées de son programme de réinsertion. Mais lorsque Goren lui parle de ses "amis religieux" et de sa reconversion à l'Islam, le patron (de couleur black) devient aussi blanc qu'un drap sorti d'un pub télé pour Skip ! Lol Il est si gêné et mal à l'aise qu'il n'arrive même pas à sortir un mot et le voyant aussi impuissant Goren joue la carte de l'émotion en compatissant sur la difficile année qu'a vécu la communauté musulmane depuis les attentats et lui fait entendre qu'ils ont vraiment besoin d'en savoir plus sur le personnage Galvez. Eames, lui parlera même de la disparition de Leslie en lui disant que Jorge aurait peut-être des infos sur celle-ci. Bing, la corde sensible du parton a été touché et il leur dit avoir emmené Jorge plusieurs fois à la mosquée et lui avoir donné des cours d'arabe pour lire le Coran. Selon ses dires, Jorge se sentait très mal et était très critique envers les U.S.A.

Goren revient alors sur son hospitalisation et demande qui s'est occupé de lui durant son séjour : une fiancée? -Ben, non, j'étais pas là Bobby ! Lol- Malgré le fait qu'il y soit resté une semaine, il a été comme tout bon patient soigné par un infirmière… Mais vu qu'il n'avait pas d'assurance santé, qui a donc bien pu se porter garant des frais d'hospitalisation ?

Voyageant toujours à la vitesse de la lumière, on retrouve G&E dans une classe d'école où ils parlent à l'instit -Euh, non pas Victor Novak qui fait ses classes sur France 2 !- mais Ethan Edwards, un jeune prof qui enseigne l'histoire qui admet avoir signé les papiers de Jorge mais n'avoir plus aucun contact avec ce dernier… Et pendant que l'instit répond à l'une des questions d'un élève, l'élève Bobby voit sur le tableau un trait (??~??) qui semble identique à certains traits de l'écriture araméenne retrouvés dans la chambre de Leslie.

Bien que je ne suis pas très assidue par l'histoire (la matière), j'ai bien apprécié cet échange de connaissance entre Goren et Edwards sur l'Égypte et sa grande bibliothèque. Edwards nous apprend qu'une nouvelle bibliothèque (avec des détecteurs de fumée) a été construite sur l'ancien site, l'ancienne ayant brûlée il y a 13 siècle et que maman Goren était bibliothécaire. La réaction de Edwards face à cette annonce et la tête qu'il fait veulent dire : « Purée, va falloir la jouer serrée car je suis devant un mec pas très idiot ! » Et moi, je me dis : « Et ben voilà pourquoi Bobby est si "culturé" ; au lieu de lui lire des histoires de monstres à trois têtes et d’animaux qui parlent le soir au couché, sa môman lui lisait des encyclopédies… Ah, que les soirées de veillée chez les Goren devaient être chouettes, lol ! »

Bref, revenons à l’histoire : Intrigué par sa connaissance des détecteurs de fumée, Goren lui demande s’il a voyagé là-bas ces derniers temps et c’est encore gêné que Edwards lui répond qu’il fait partie des cinq personnes in the world à lire le magazine Smithsonian et c’est par ce fait qu’il a pu lire l’article relatant l’info. Ah, ah, c’est pas comme ça qu’on se débarrasse de Goren qui lui aussi fait semblant d’être gêné en lui disant que lui aussi lit le Smithsonian et qu’il y a donc six personnes capables de lire ce truc. Touché, Edwards acquiesce et comprend qu’il a à faire à un GRAND cerveau vachement bien rempli et tente de mettre fin à la discussion prétextant que ses élèves ont besoin de lui. Coulé, Eames (qu’on aurait pu oublié dans cette scène) enfonce le couteau en parlant de son taf qui est en fait un remplacement en lui sortant : « On dirait que c’est une punition pour vous ? » et Edwards ENCORE et toujours gêné lui répond : « Disons que j’apporte ma contribution ! » et le coup de grâce est donné par Goren qui lui balance d’un ton sec et menaçant : « J’aim’rais que vous puissiez l’apporter à notre enquête ! » Pauvre Ed, touché - coulé - noyé…lâchera toutefois une info en leur disant que Jorge avait un oncle à Baltimore et qu’il allait lui demander du travail. Bon, ben c’est mieux que rien quand même.

Retour chez Jorge où il prépare un cocktail… très explosif à base d’ingrédients achetés dans une scène précédente, vous savez, les clous, les billes, la mort aux rats. Hum, je pense que même avec la meilleure volonté tout cela ne sera pas très digeste… et même avec un bon digestif !

A son bureau, Goren (qui sait aussi se servir d’un PC) lit l’article Smithsonian qu’il a trouvé sur le net qui parle de la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie. Entre temps, Eames lui apprend la mort de l’oncle de Jorge datant de trois ans et lui demande s’il a vraiment lu l’article ; question bête-réponse affirmative voyons Alex, et c’est abasourdi qu’elle nous fait une de ces têtes qui dit : « J’y crois pas ! Y a -t- il quelque chose que ce gars ne sache pas faire ? Regardez-moi, je ne sais pas grand chose et pourtant je ne me débrouille pas si mal ! C’est pô cool, je suis belle… et blonde, ça doit être ça, pff ! » -Bien-sûr, c’est de l’humour, je l’aime bien cette petite ! Lol- Bref, à aucun moment, il est écrit quelque chose sur les détecteurs de fumée donc sympa et gentil, Goren laissera conclure Eames (qui pensera sans doute avoir trouvé toute seule) : « Il est allé en Égypte l’année dernière. » Ben, t’as vu qu’t’es pas si bête Blondie !

Génial, il se trouve que le consulat égyptien de Munich a délivré un visa à Ethan et une semaine plus tard Jorge se faisait délivré le sien par le même consulat. Un vrai p’tit couple ces deux là : ils partent ensemble, ils vivent ensemble et Ethan va même se reconvertir pour être "pareil" que son ami. Ayant marre d'avancer à reculons, Deakins ordonne à ses inspecteurs d'appeler les forces spéciales en vue d'une descente chez Ethan Edwards.

Wouah, la scène qui suit est vachement rare dans la série… De tous les épisodes que j'ai pu voir de L&O : CI, je n'ai pas le souvenir d'une entrée dans un appart' de façon aussi frappadingue ! On voit un gars pénétrer au domicile de Edwards de façon directe et sans prendre de gants en défonçant de par un saut majestueux la fenêtre ; une véritable action, enfin, restez calme, ce n'est pas Bobby qui nous joue cette scène ! LOL Pendant que des mecs musclés et virils fouillent les pièces de façon très speed fusil à pompe dans les mains, G&E suivis de Dakins (qui a eu une permission de sortie) les suivent tranquilles et détendus avec leur petit magnum tandis que Deakins tient à la main son fusil de chasse du dimanche. Ils auraient pu tout de même faire un effort de style et jouer cette scène de façon plus : RRR car perso, leur dégaine fait vraiment tâche surtout si on espère un peu de "casse" !

Bref, c'est d'un air dégoûté que G&E rangent leur ti pistolet avec une synchronisation sans doute plus travaillée que leur arrivée tandis que Deakins toujours aussi pépère pose son fusil sur le côté en se disant sûrement : « C’est donc pas aujourd’hui que je vais montrer aux téléspectateurs que je sais faire poule ! » LOL

S’en suit une scène toute aussi nulle où Goren a à peine rangé son arme qu’il fait deux petits pas en direction d’une table où il voit des petits grains… non pas des grains de riz ou de couscous égarés mais UN grain de mort aux rats ! Il expliquera les dégâts causés par ces petits bouts de rien qui sont des coagulants souvent utilisés par des kamikazes. -Ok, Bobby, tu sais que je t’aime bien et que je respecte ta grande, OH, très grande culture mais là, c’est trop ; j’aime pas du tout cette scène trop surfaite à mon goût.-

Après fouille expresse du logement, la caisse venant d’Amsterdam est retrouvée et bien-sûr après une analyse tout aussi rapide, celle-ci a révélé des traces d’explosifs. Suppositions faites par Deakins et Mr FBI : soit Edwards se fait exploser ; soit Galvez se fait exploser ; soit ils se font sauter tous les deux ou alors ils utiliseront des télécommandes… Mais Goren les stoppe net car il est persuadé qu’ils se feront exploser ensemble. Déduction rapide du Maître qui vient de trouver un drap ayant pu servir de toile de fond ainsi que des marques de trépieds ayant servi à tenir la caméra pour enregistrer une K7 vidéo expliquant leur geste.

Bobby nous explique tout ça à sa façon c’est à dire… j’vais être directe : il cherche ses mots comme un psychopathe qui ne sait pas quels mots employer pour s’exprimer tout en faisant ses mimiques bizarres dont lui seul a le secret ; bref, la routine du personnage quand il veut parler avec des mots simples et compris de tous ainsi que de vous et… de Eames ! Ah ! Ah ! Ah ! En ce qui me concerne, j’ai lâché prise depuis que j’ai jeté mon dico par la fenêtre ne trouvant pas les mots qu’il employait dès le second épisode ! LOL

L’heure est grave !!! Dans le bureau de Deakins, Mr FBI ferme les stores en leur disant qu’il est impossible de prévoir la réaction de Galvez et Edwards si l’information à leur sujet était rendue public par les journaux ! Mais Carver (tiens, je l’avais oublié celui-là !) est persuadé du contraire car selon lui il serait plus facile à appréhender car ils ont de réelles photos à présenter à la population. Pff, sûr de lui et de ses dires, il s’apprête à boire une gorgée de son café ou de sa tisane… (ou de son Whisky) tandis que Mr FBI s’avance vers lui (le gars fait une tête de plus que lui) et lui balance d’un ton sec et direct : « Je vais prévenir mes supérieurs ! » Et s’en va sans dire bye à personne.

Toujours dans le bureau de Deakins, on apprend par Eames que le reste de la famille de Galvez est introuvable mais qu’ils ont quelques renseignements sur celle de Edwards. Grâce à Goren, on apprendra aussi pas mal de choses sur les connaissances et les qualifications de chacun des deux lascars. Ce qui fait que pendant ce long et intéressant échange entre Goren et Carver, Eames a enfin trouvé où logent les parents de Ethan.

Chez Joe et Vera Edwards, le père se montre très nerveux au sujet de son fils mais sa mère ne cache pas le fait qu’ils savaient que Ethan était allé en Égypte. D’après ce qu’on comprend, le fils prodigue ne donne pas souvent de ses nouvelles à ses parents qui n’étaient pas au courant qu’il travaillait dans une école non loin de chez eux. Petit regard complice de Goren à sa coéquipière qui veut dire : « Débarrasse-moi de ce vieux gars afin que je puisse tirer quelques vers du nez de cette vieille dame ! » Elle s’exécute demandant à papa Edwards de lui ouvrir la porte de son garage.

Seul avec Vera, Goren lui montre une photo de Leslie en lui disant qu’elle a disparu et qu’il se pourrait que son fils sache ce qui lui est arrivé. Intriguée, elle cherche à savoir s’il s’agit de sa petite amie… mais non voyons ! Bref, très croyant et très pratiquant, Ethan, selon les dires de sa maman, ne ferait pas de mal à une mouche et qu’il aurait aimé être prête mais qu’il a été freiné dans son élan par son père. En effet, Joe n’est pas porté sur la spiritualité, et c’est pour cette raison que Ethan s’est rapproché de sa mère en lui donnant de ses nouvelles lors de ses voyages. Profitant de ce moment de nostalgie, Goren lui parle de sa reconversion à l’Islam et de ce qu’il serait capable de faire pour ce qu’il croit être "une juste cause" et là, Vera fond en larmes refusant cette hypothèse à savoir que son fils pourrait être une bombe humaine.

Dans le bureau de Deakins, Deakins, Carver et Mr FBI regardent les infos où nous apprenons que Vera Edwards a fait une crise cardiaque en apprenant que son fils serait peut-être un kamikaze. -Ah, sacré Bobby, t'as vu dans quel état t'as mis la dame !?-

Pendant ce temps, G&E regardent la vidéo retrouvée d'Edwards relatant son futur crime. Goren remarque un défaut sur la bande et demande à l'informaticien s'il peut rechercher le logiciel ayant le même défaut sur le site des célibataires.

C'est fait, la vidéo d'un certain Khaled présente ce défaut…

Rentrant tranquillement chez lui une big pizza à la main, Khaled a à peine eu le temps de la poser que la porte d'entrée vole en l'air par les mêmes mecs musclés et virils de tout à l'heure. Voulant égorger Ethan à l'aide d'un couteau, Khaled se fait abattre sur place. Goren trouve dans un sac un gilet rempli d'explosifs mais vu le poids de celui-ci, il est certain qu'un second gilet se promène dans la nature.

Pendant son interrogatoire, (une petite scène avec notre quatuor et Mr FBI ayant appris que l'attentat allait avoir lieu dans les 24 heures qui suivent) il faut se dépêcher de faire parler Ethan qui malgré les sous entendus de Mr FBI reste convaincu qu'il n'est pas un traite pour son pays mais que son allégeance va à Allah, son seul et unique Dieu. Malgré son inquiétude pour ses parents le 11 septembre 2001, il trouve cette acte plus honorable que les représailles des américains qui ne se sont pas gênés d'aller bombarder des femmes et des enfants qui n'avaient rien demandé.

Ne voulant pas s'éterniser sur le sujet, Goren en revient au chapitre "Leslie où sa mystérieuse disparition" et sachant Ethan très proche de sa mère conclut un marché en acceptant de lui donner des nouvelles sur son état de santé s'il leur parle de ce qui est arrivé à la pauvre fille. Ethan restera muet comme une carpe. Alors rusé comme un singe, Goren lui parle de sa reconversion et de ses nouvelles pensées qui n'ont pas lieu d'être vu qu'il n'a jamais connu l'injustice et l'oppression coloniales. Ethan réagi en lui faisant comprendre que peu importe, il est musulman et point barre !

The Genius Goren sort sa connaissance et dit que lui aussi lit le Coran (soit disant qu'il l'a appris à l'armée pour draguer une nana, pff et en plus c‘était pas moi ! Etais-je née au moins ? Ben non.) et demande à Ethan qui le lit aussi où se trouve le chapitre où Allah ordonne à son peuple d'aller tuer sans discrimination… ? A ces paroles, Ethan réagi en lui disant les yeux tombant : « Non, on ne voulait pas… », Goren : « Vous ne vouliez pas quoi? », Ethan retourne dans le monde du silence. C’est alors que Goren se lève et lui montre une radiographie d’une victime d’un kamikaze en Israël. Il lui explique bien les choses en précisant chaque détail de souffrance qu’a subit cette personne et l’on voit la sensibilité d’Ethan ressortir… Quelqu’un frappe à la porte et au moment de partir Goren se retourne vers Ethan la radio à la main et lui dit : « Ceci est la radio d’une enfant de 5 ans. »

Dans la pièce à côté de la salle d’interrogatoire, Carver qui a tout suivi propose d’y aller direct en le soustrayant au sérum de vérité mais Goren trouve l’initiative pas nécessaire. Sûr de lui, Carver demande à Mr FBI de lui trouvé le matos et cela donnera une autre confrontation entre les deux hommes (Carver n’ayant pas réussi d’avoir le dernier l’autre jour veut sa revanche) mais Mr FBI lui répondra encore avec une grande amabilité, rrr : « Je ne fais rien de ce genre sans avoir l’autorisation de la justice ! » et s’en repart. Et bang, bang, encore une claque devant le trio… c’est dur à encaisser et ça doit faire mal à son ego ! LOL

De retour dans la salle d’interrogatoire, où Deakins et Carver écoutent dans la pièce voisine, Goren (retirant se cravate) écoute Ethan parler tandis Eames arrive dans la pièce où avec son partenaire ils vont jouer une scène dramatique qui va réveiller ce cher Ethan en venant lui chuchoter à l’oreille quelque chose et Bobby ne pourra s’empêcher de dire tout haut : « La chirurgie. » Mais ne faisant pas attention à la réaction d’Ethan, Goren tente coûte que coûte de lui faire cracher le morceau sur le futur attentat qu’il prévoyait de commettre avec son ami Jorge. Alors Goren se met à lui parler de ses doutes qu’il avait avant sa reconversion et qu’il a toujours en lui lisant ce qu’il a écrit sur le mur de la chambre de Leslie : « Nuits après nuits dans mon lit, j’ai cherché mon véritable amour. Je l’ai cherché mais je ne l’ai pas trouvé. Je l’ai appelé mais il ne m’a pas répondu. » -Ben, j’vais te dire une chose Bobby, c’est pareil en ce qui me concerne, je t’appelle tous les soirs mais tu ne me réponds pas, alors imagine les doutes ! Lol- Ce ne sont pas des mots écris par hasard mais plutôt un appel… un appel au seigneur qui ne lui a pas répondu ; un sentiment d’abandon qu’il n’avait pas ressenti depuis la séparation de ses parents lorsqu’il était enfant.

Ethan avouera avec l’aide de Goren que Leslie est bien morte (on voit que Goren aurait préféré entendre le contraire) et que c’est Jorge qui l’a tuée. Il lui dira qu’il ne voulait pas tuer des innocents. C’est alors que Goren joue avec les sentiments d’Ethan en lui faisant comprendre que ses parents comprendront qu’il n’a rien à voir avec la mort de Leslie et la mort des futures victimes de Jorge (ce qui veut dire : « Dis-moi où est ton pote ! »). Premier round gagné pour Goren qui obtient l’adresse où se trouve la bombe mais trop sûr de lui il perdra le second round car Ethan refuse de lui dévoiler LA cible. Allez Bobby, fais pas la tête et ravale ta cravate ! Lol

C’est dans une chaufferie du Bronx que le corps de Leslie est retrouvé. Elle porte sous ses ongles des mèches de cheveux courts et blonds ; Jorge est devenu blond, mais ça on le savait déjà nous ! Eames, quant à elle, a trouvé des empreintes de chaussures, des rangers de l'armée de Terre précise Goren - Euh, Goren conclut cela avec une fliquette et non pas avec Eames !- La question qui se pose maintenant : Pour quelle raison, Jorge se baladerait-il en militaire ? Goren revient sur ce qu'a dit Ethan sur le fait qu'ils ne tueraient pas de civils… Ah, la petite loupiotte qui s'illumine car il se rappelle que le lendemain c'est le jour du défilé des anciens combattants et regarde le morceau de papier trouvé chez Khaled où est écrit une sorte de "code". Après traduction, il s'agit du numéro d’une rue ainsi que le numéro de l'infanterie. Bing, bing, Mr Boum se fera exploser où seront réunis les anciens combattants de la guerre du Golf.

Jorge qui ne se préoccupe pas de ce qu'il entend aux infos à son sujet se prépare tranquille et fait quelques retouches à sa tenue de combat.

Le lendemain matin, tout le monde est en alerte. Des officiers ont des photos de Galvez et des tireurs d'élite sont sur les toits. G&E sont eux aussi de la partie (deviendrais-je aussi "bête" que Eames ? C'est ,normal qu'ils soient là, c'est leur série ! LOL) et ont pour la circonstance enfilé leur tenue militaire.

Repéré, Goren rejoint Galvez et essaie de décrocher quelques mots en lui parlant du Golf mais Jorge ne l'écoute même pas et continue à marcher droit devant sans sourciller. Ils arrivent devant le cortège et attendent sur le bord d'un trottoir. Goren lui demande du feu afin d'allumer une cigarette (c'est pas bien Bobby de fumer car : Fumer Tue ! Ah ! Ah ! Ah ! A vous de comprendre cette petite blague longuement travaillée ! LOL) En sortant la main de sa poche, Jorge sort le détonateur et à cette vue s'en suit une bagarre entre les deux hommes -ouais, bon, ce n'est pas non plus la scène la plus travaillée mais bon- tandis que Eames surgit arme à la main hurlant du voix vachement aiguë à la Céline Dion quand elle est sur le bateau qui coule : « POOLIIIICEEE ! Ecartez-vouuuus !!! » (Bizarre car personne n’est pris de panique. Le temps d’écrire, je fais des pauses et celle-ci me tue, -Ah ! Ah ! Ah !- car derrière Eames on voit une femme qui pousse une poussette sans même se préoccuper de ce qu’il se passe à sa droite ainsi que deux hommes qui assistent à la scène d’un air curieux les mains dans les poches.)

Bref, se tapant à coup de poings, de boules… -Euh, des coups de boules avec la tête bien-sûr ! Lol- c’est un tireur d’élite embusqué qui mettra fin à cette querelle en faisant un troisième œil à Jorge. Eames n’ayant pu rien faire, Goren étant devant sa ligne de tire. -Chui gentille, je ne la critiquerai pas… mais bon.-

Phrases de fin :

Eames : « La volonté de Dieu. »

Goren : « Mouais, espérons le. »

NOTE : 8/10

Mon avis : En fait, j’ai décidé de dire mes pensées au fil de l’écriture donc il faut lire la review pour connaître mon avis perso. Toutefois, ce que je peux dire sur cet épisode, c’est que le sujet et plutôt bien traité même s’il y a quelques petites fautes de réalisation sur les acteurs principaux qui ne s’investissent pas entièrement dans les scènes de force… C’est bien dommage car tout est assez potable. Un de mes épisodes préférés.

Review réalisée par Stef

Episode diffusé sur NBC le 17/11/2002
Review en ligne depuis le 11/11/2004

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2019 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7