New York Cour de Justice

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Cour de Justice > 1.01

21 Novembre 2017

New York Cour de Justice

Episode 1.01 : The Abominable Showman

Review réalisée par csivore


Je m'appelle Csivore mais tous mes amis m'appellent Vore.
Pourquoi Vore ? Un délire entre potes un soir.
Un soir du 28 novembre 2004, soir ou je me suis malgré moi marqué au fer rouge en entrant dans la confrérie de l'anti-CSI mais surtout dans celle des puristes de Law and Order et de l'univers de Dick Wolf.

Je vais donc m'évertuer à effacer cette opprobre en rédigeant cette première review.

Il était difficile de regarder ce season premiere de Law and Order : Trial by Jury sans s'attarder sur la forme comme sur le fond. La conception de ce nouveau spin-off apparaît comme complémentaire à Law and Order, dont la structure même d'un épisode, ne permettait pas d'approfondir la partie juridique jusqu'à présent.

C'est désormais chose faite grâce à Trial by Jury.
De la première comparution de l'accusé, des travaux du Grand Jury pour déterminer s'il doit le renvoyer au procès en prononçant un acte d'accusation, de la préparation à l'audition des témoins, des réquisitoires aux délibérations des jurés jusqu'au verdict rendu.
Il semble logique que nous n'aurons à faire qu'à des "Not guilty, your Honor!" lors des comparutions. Pure supputation de ma part. Je ne suis pas un expert (oops!), je veux dire un spécialiste en droit pénal américain et au faîte de ses subtilités.

"The Abominable Showman" n'offre pas en soit une intrigue exaltante mais suffisamment perverse pour qu'elle nous permette de décortiquer, dès ce premier épisode, toutes les arcanes de la procédure judiciaire décrites ci-dessus."

Il est très difficile de faire condamner quelqu'un pour meurtre sur la base d'une conviction, sans preuves solides et surtout sans corps.
C'est que souhaitent faire comprendre l'EADA Tracy Kibre et son ADA Kelly Gaffney à une mère désespérée qui se raccroche à cette conviction.T.Kibre et K.Gaffney accepte néanmoins de poursuivre cette affaire ( ce duo me rappelle furieusement celui que formaient Lexi Sterling et Megan Lewis, aux grandes heures de Côte Ouest )
Le meurtrier présumé en question est un producteur de spectacles mégalo-médiatique, réputé pour cavaler après des lolita "prêtes à tout pour réussir" et qui arrive en grandes pompes au Tribunal pour sa première comparution face à une presse déchaînée( et convoquée par ses soins).

Ce qui est intéressant dans Trial by Jury, c'est cette succession de séances de travail studieuses, animées, parfois houleuses qui dépeignent ces phases préliminaires du procès :

Que ce soit la réunion de cabinet animée par Arthur Branch avec ses procureurs, leur staff pour dresser un récapitulatif sur le dossier et définir une tactique visant à obtenir une mise en accusation pour meurtre, même si le corps de cette jeune fille ( enceinte du producteur ) n'a pas été retrouvé.

Pour "blinder" le dossier, le bureau du procureur Kibre s'adjoint les services de ses detectives qui, sur le terrain, vont à la pêche aux témoins pour leur présentation au Grand Jury.
Lennie, fidèle à lui-même, ( tout le monde aura constaté le rapide et douloureux changement depuis la saison précédente de L&O et que devant cette dignité, ce courage et cette force de travail, on s'incline et que l'on ne pas être avare de mots à l'évoquer ) et le petit nouveau dans l'équipe, le bogosse dynamique Hector Salazar, cool sur lui ( cela change des young detectives en costard de L&O ). La complicité entre eux se ressent de suite et les petites ruses de Lennie attirent la curiosité d'un Hector amusé.

Que ce soit la réunion du Grand Jury pour procéder à l'audition des témoins. L'endroit ressemble à une salle de classe et le témoin, assis à une table face au Grand Jury, répond aux questions du procureur Kibre puis à celle des membres du Grand Jury pour asseoir leur délibération.
Tic tac, tic tac, tic tac....
Tracy Kibre, nerveuse, arpentant la salle des pas perdus et Kelly Gaffney, toute aussi anxieuse, attendent le résultat des délibérations du Grand Jury et .....................
C'est GAGNE : Murder two ( homicide volontaire second degré )

Que ce soit la réunion informelle du producteur mégalo qui, sur un coup de tête vire son avocat qui se repose un peu trop sur ses lauriers et ne semble pas très combattif. Le producteur redéfinit sa stratégie pour sa défense :"J'ai besoin d'une femme"
Cette nouvelle avocate, c'est Maggie Dettweiler ( Annabella Sciorra ), ambitieuse et vénéneuse à souhait.
Elle prend le relais, lui sort les banalités d'usage du style "J'ai besoin que vous me fassiez confiance... puis dresse le topo au producteur suite à son inculpation :
Elle :Vous êtes dans la mouise et je me fous de savoir qui a tué cette fille. Je me contenterai de prouver que vous n'êtes pas coupable"
Lui :"Très bien car c'est bien moi qui l'ai tuée. Vous avez des questions ?"
Elle :"$$$$$$$$$$$$$$ ?
Dernières recommandations d'usage :
Elle : "Il faudra la jouer serré car la juge et la procureur sont deux garces!

Que ce soit la réunion de travail entre l'avocate de la défense, son producteur de client qui, avec l'aide d'un détective privé, trouvent un bouc émissaire, un autre producteur de série B de L.A., également impliqué dans une affaire similaire et qui, se trouvant à New York au moment de la disparition de notre victime introuvable, ferait un suspect idéal et providentiel.
Cela marche car le calepin du mégalo producteur ( récupéré lors d'une perquisition et sur lequel figure le nom de cet autre producteur de série B ) ressort de la boîte à preuve et atterrit sur le bureau de la procureur.
Cela injecte le doute dans l'esprit du squad, sur la culpabilité réelle de mégalo-showman et surtout sur la mort réelle de cette fille qui pourrait tout aussi bien être au Japon ou Brunei à se la couler douce.
Cela provoque surtout la colère de la Bête du Gévaudan Arthur Branch qui remonte les bretelles à sa procureur. L'ego de Tracy Kibre prend une claque en pleine poire et vexée, elle menace de démissionner en cas de défaite au procès
Ah non ! Pas dès le premier épisode !!!!

Nous allons assister à la constitution du Jury et au commencement du procès sous la présidence de l'honorable juge Amanda Anderlee ( Candice Bergen ) dont un simple revers de main et quelques répliques concises et caustiques font mouche.
La phase d'élimination par le ministère public des jurés considérés comme partiaux est très rapide et les 12 jurés sont enfin choisis.
La défense, à travers le regard vicieux et quasi victorieux de Maggie Dettweiler, choisit précisément ce moment pour demander une audience au juge Anderlee. Comment se fait-il que la police de New York n'ait pas approfondi son enquête sur cet autre producteur de série B ? Malgré l'argumentation de la défense, cette tactique retombe comme un soufflet.

Un cabinet de consulting spécialisé en jury organise, pour l'avocate de la défense, une simulation de procès avec 12 faux jurés dotés de petits boîtiers électroniques censés capter l'impact des arguments de la défense dont l'un marque plus que les autres : " Ou est le corps?

Et c'est cette question qui flotte et résonne théâtralement dans la grande salle du tribunal ou a lieu le procès :"Ou est le corps?

Les interventions en elle-même au Tribunal sont à peu près identiques à celles de Law and Order. Tracy Kibre est sobre mais éloquente, froide et déterminée.
Pendant le déroulement du procès, un nouveau témoin, une femme un peu beaucoup nunuche à la Betty Boop nous donne l'occasion d'assister à la préparation de son témoignage et cette scène est très drôle. L'introduction de ces petites scènes d'humour n'est pas du tout perturbante, au contraire, et nous n'étions pas habitués à cela avec le très sérieux Jack McCoy.
C'est néanmoins ce témoignage qui va donner une nouvelle orientation inattendue voire inespérée au procès. Si cet homme ne peut être condamné pour un meurtre sans victime, alors peut être qu'en balançant à la face des jurés que "l'Animal Lover" a été capable de tuer froidement ses propres chiens est une image suffisamment percutante pour influer sur le choix du verdict à rendre par le Jury.

Les scènes des délibérations sont survolées car j'aurais aimé savoir quel argument a pu faire changer d'avis le seul juré à la fin qui était réfractaire ( un peu bourrin il paraissait ) et qui ne semblait pas vouloir en démordre.

Le verdict tombe : COUPABLE

J'ai trouvé ce premier épisode excellent et l'on perçoit mieux certaines subtilités ( financières ) et on pourrait se demander si la justice n'est pas une entreprise commerciale comme les autres. La partie judiciaire vue du côté de la défense ( dénuée complètement de morale ) est très intéressante : le choix de s'adresser à un cabinet en consulting spécialisé en constitution de jury ,par exemple, qui fait clairement comprendre à l'accusé que 250.000,00 $ à raquer pour un procès valent bien 25 ans de sa propre vie en prison. Les detectives sur le terrain crédibilisent plus ces"secondes" enquêtes plus fouillées car je suppose que l'EADA et l'ADA n'ont pas vocation tout le temps à le faire, les délibérations des jurés sont intéressantes car qu'est-ce qui peut dépouiller chacun d'entre eux du doute raisonnable. Les échanges entre eux, vifs et sur la base d'arguments pertinents valent la peine d'être approfondis.

Pour terminer sur une note plus légère, je dirais que le générique sur le même thème, il est vrai un peu décalé par rapport aux autres ( on a ressorti les trompettes de Falcon Crest ?? ) et les arrangements musicaux sont tout de même plaisants ( ou le deviendront par habitude). La réalisation est soignée, les plans en plongée ( dans le tribunal ) et la scène caméra à l'épaule ( l'entrée du juge dans ce tribunal ) donnent une vision différente de l'espace.Que l'introduction de petites scènes croustillantes, délicieuses de perfidie et de mesquinerie dans ce milieu ( voulu ? ) de femmes est un vrai nectar.

Oui , vivement le second épisode.

Review réalisée par csivore

Episode diffusé sur NBC le 03/03/2005
Review en ligne depuis le 07/03/2005

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).








© 2001-2017 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Vous pouvez soutenir le site en passant par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA