New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Base de données d'articles relatifs à la galaxie Law & Order

25 Février 2018


La télévision américaine prise au piège de l'info en continu
Publié par Keren Lentschner dans Le Figaro le 08/04/03.


Alors que le conflit en Irak entre dans sa quatrième semaine, les chaînes de télévision américaines font leurs comptes. Si les networks ABC, CBS et NBC comme les chaînes d'information en continu du câble (CNN, Fox News et MSNBC) peuvent s'enorgueillir de chiffres d'audience inédits un bond de 651 % dans les premiers jours pour la petite dernière MSNBC , la facture n'en demeure pas moins lourde.

Outre l'équipement technique et le matériel de protection des journalistes, les rédactions n'ont pas lésiné sur le nombre de journalistes déployés dans le Golfe. Un « travail de mammouth » pour CNN, selon les termes de Chris Cramer, le président de CNN International, qui a envoyé 200 personnes dans la région et débloqué environ 30 millions de dollars. Fox News (NewsCorp), qui devance son aînée aux Etats-Unis depuis plus d'un an, s'est contentée d'une centaine de journalistes et se vante d'un budget qui pourrait atteindre « plusieurs dizaines de millions » selon la durée du conflit. En sachant qu'une équipe de télévision de trois personnes coûte en moyenne 3 000 euros par jours.

Les networks, eux, jouent dans une autre catégorie. CBS News, par exemple, désormais numéro trois des chaînes hertziennes, compte environ quinze personnes dans le Golfe. Mais elle pourrait réévaluer à la baisse sa stratégie. « Nous n'avons pas un budget illimité », annonce Sandy Genelius, vice-présidente de la communication de CBS News. « Nous pourrions considérer l'hypothèse d'un allègement de notre dispositif dans la région. »Si les trois chaînes s'en sortent plutôt bien pour l'instant, elles n'excluent d'ailleurs pas de s'en remettre complètement à leurs consoeurs du câble si la couverture du conflit s'avérait trop onéreuse.

Plus que les équipes déployées sur le terrain, c'est surtout la chute des recettes publicitaires qui risque de grever les budgets des chaînes de télévision américaines. Pendant la première semaine du conflit, la suppression pure et simple des publicités au profit de l'information en continu a coûté jusqu'à 40 millions de dollars à CNN comme à Fox News. Depuis, le manque à gagner pourrait atteindre jusqu'à 20 millions par jour et par chaîne, selon Goldman Sachs.

Parce qu'elles ne peuvent renoncer à leur mission en pleine guerre, les chaînes d'information en continu sont les premières frappées : en prime time, CNN ne passe que 50 % du nombre habituel de publicités, MSNBC 80 %, enfin Fox News seulement six spots par heure sur les quatorze prévus en temps normal. Une baisse de régime que ne parvient pas à compenser l'augmentation des tarifs publicitaires due aux très bons résultats d'audience.

Du côté des networks, la réticence de nombreux annonceurs à diffuser leurs spots publicitaires au milieu d'images de guerre a fortement fait diminuer les recettes dans les premiers jours du conflit. Mais c'est surtout la suppression de nombreux programmes de divertissement, et avec eux celle de juteux contrats publicitaires, qui ont porté un coup aux networks. Pendant la première guerre du Golfe, les trois premières nuits de couverture leur avaient ainsi coûté 25 millions de dollars. Cette fois-ci, NBC (General Electric), qui avait déboursé à l'époque 45 millions pour assurer son déploiement en journalistes et en matériel, vient de révéler que son bénéfice avant impôts serait amputé de 50 millions de dollars au premier trimestre 2003, en raison notamment de la déprogrammation de ses émissions de divertissement comme le feuilleton populaire Law and Order. Reste que la plupart des programmes ont depuis repris leur cours normal. Le divertissement pourrait par ailleurs être l'un des grands gagnants de la guerre. « Si le conflit se poursuit, le public pourrait commencer à se lasser de l'information de guerre et reporter son attention sur le divertissement », analyse ainsi John Dempsey du quotidien Variety.

Quoi qu'il en soit, le débat autour du coût de la guerre reste pour l'instant théorique. Pour l'instant, les taux d'audience font perdre la tête aux dirigeants d'AOL Time Warner et de NewsCorp. Tandis que le conflit bat son plein, aucune des grandes chaînes de télévision n'est prête aujourd'hui à réduire ses équipes dans la région. Concurrence oblige. « La guerre est ce qui fait la raison d'être de CNN et des autres chaînes d'information, confirme Alessandra Stanley, journaliste au New York Times. Dans le pire des cas, ils reverront à la baisse les effectifs de certains de leurs bureaux, mais sûrement pas ceux présents dans le Golfe. »

Les médias américains seront-ils aussi nombreux pour couvrir l'après-guerre ? « Ils resteront là-bas le temps qu'il faut, prédit la journaliste du Times. Ils ont prévu d'être là tant qu'il y aurait des soldats américains. » « Avec trente bureaux situés en dehors des Etats-Unis, notre présence dans la région ne dépend pas de cette guerre, réplique, au Figaro, Chris Cramer, PDG de CNN International. C'est une constante de CNN depuis vingt-trois ans. »

Article issu de Le Figaro et
initialement publié le 08/04/03.




Tous les articles présentés dans cette rubrique sont la propriété de leurs auteurs respectifs.





© 2001-2018 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Le site et son forum sont uniquement financés par l'affiliation et la publicité


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA