New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > BDD Articles > New York District / New York Police Judiciaire

18 Juillet 2018


Les prétendants républicains à la Maison Blanche en campagne contre Rudy Giuliani, favori du parti
Publié par Philippe Bolopion dans Le Monde le 25/08/07.


A force de faire la course en tête, l'ancien maire de New York, Rudolph Giuliani, est devenu une cible de prédilection. Selon un sondage Gallup mené du 13 au 16 août, l'homme qui, durant son mandat entre 1994 et 2001, a fait de New York une ville sûre, affiche 31 % d'intentions de vote parmi les républicains dont dépendra le choix du candidat du parti pour l'élection présidentielle de novembre 2008. Soucieux de ne pas laisser "Rudy" Giuliani s'imposer comme favori, ses concurrents, dont le premier a treize points de retard, tentent d'instruire le procès d'un républicain qu'ils jugent trop "à gauche" sur les questions de société.



L'acteur Fred Thompson, donné second, avec 19 % des intentions de vote, s'en est pris à M. Giuliani sur le droit constitutionnel de porter une arme, bafoué, selon lui, à New York. Bien qu'il n'ait pas encore officiellement présenté sa candidature, cet avocat de formation à la stature imposante se pose, à 64 ans, en recours du parti. Il prétend en incarner les valeurs sans complexe, dans la lignée de l'ancien président Ronald Reagan, acteur, lui aussi, à l'origine.

Alors qu'il tournait, à New York, la série à succès "Law and Order" (New York District), dans laquelle il incarne un procureur intraitable, Fred Thompson se sentait "soulagé", a-t-il expliqué, chaque fois qu'il rentrait dans le Tennessee. Un Etat dont il a été sénateur de 1994 à 2003, et où les armes à feu font l'objet d'un "grand respect". De fait, en tant que procureur, puis maire d'une ville où 2 000 meurtres sont commis chaque année, Rudolph Giuliani a milité pour un contrôle plus strict des armes - une attitude contre nature pour un républicain, dont le parti est sous l'influence de la National Rifle Association (NRA), le lobby pro-armes dont il a qualifié les membres "d'extrémistes".

Campagne oblige, le maire de New York, célébré pour son sang-froid après les attentats du 11 septembre 2001, a, depuis, corrigé le tir. "Rudy comprend bien que ce qui marche à New York ne marche pas nécessairement dans le Mississippi ou le Montana", ont expliqué ses conseillers. Avant de contre-attaquer : "Ceux qui vivent à New York dans la vraie vie - pas à la télévision - savent que le bilan (sécuritaire) de Rudy Giuliani se passe de commentaires."

Mitt Romney, un ex-gouverneur du Massachusetts, donné troisième avec 14 % d'intentions de vote, a attaqué M. Giuliani sur l'immigration. Le sujet est brûlant pour la base républicaine qui a fait obstacle à un projet de loi, soutenu par le président George Bush et le candidat John McCain, mais jugé favorable à l'immigration clandestine (M. McCain, héros du Vietnam dont la campagne s'est essoufflée, ne recueille que 11 % d'intentions de vote).


ATTAQUES PERSONNELLES


Dans des spots radiophoniques, Mitt Romney, un mormon de 60 ans qui a fait fortune dans la finance, présente New York comme une "ville sanctuaire" où les immigrés clandestins ne sont pas inquiétés, même lorsqu'ils utilisent les services médicaux de la ville. La mesure s'imposait pour des raisons de santé publique, a répliqué le camp Giuliani, qui, en retour, a accusé M. Romney d'employer, chez lui, une entreprise de jardinage faisant travailler des clandestins. Les attaques n'ont pas encore visé des éléments du passé de M. Giuliani qui sont potentiellement dommageables au sein de la droite religieuse, un segment clé de l'électorat. Au cours de sa carrière, le maire de New York a défendu des positions proches du camp démocrate sur l'avortement et le mariage homosexuel.

Face à Mitt Romney, image du père de famille modèle, Rudolph Giuliani affiche, à 63 ans, trois mariages et entretient des relations difficiles avec ses enfants. Selon un récent sondage (Quinnipiac University), si M. Giuliani emportait les primaires républicaines, il n'obtiendrait, le jour de l'élection présidentielle, que 43 % des voix contre 46 % pour Hillary Clinton, favorite incontestée du camp démocrate.

Article issu de Le Monde et
initialement publié le 25/08/07.




Tous les articles présentés dans cette rubrique sont la propriété de leurs auteurs respectifs.





© 2001-2018 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA