New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York District / New York Police Judiciaire > 1.10

3 Juin 2020

New York District / New York Police Judiciaire

Episode 1.10 : Prisoner of Love

Review réalisée par Nono


Logan et Greevey enquêtent dans le milieu sado maso…

Pré générique : Une fois de plus, il fait nuit !! Une voiture de police patrouille, les policiers surprennent des jeunes en train de courir, sûrement des voleurs, qui sont donc poursuivit mais les policiers se font semer. Un des deux officiers commence a inspecter l’entrepôt d’où ils se sont enfuient, il est rejoint par son collègue juste a tant pour découvrir des « oeuvres d’arts » sado maso et un homme pendu.

Le mort se nomme Victor More, il était artiste, prenait des photos avec des mannequins dans des positions assez particulaires (accrochés, pendus….). Bref le monsieur n’était pas Picasso mais bon, il est mort pendu et les inspecteurs Logan et Greevey doivent enquêter ! La police retrouve un appareil photo polaroid avec des empreintes dessus. A ce niveau de l’investigation le suicide n’est pas à exclure, mais ça peut très bien être un meurtre.

Les policiers reconstituent l’emplois du temps de la victime. Ce qui les mènent dans un bar, puis dans un magasin de cuirs et d’objet assez « particulier » où ils intérogent la vendeuse.
Durant ce temps le légiste a finit son autopsie : il est mort d’axiphie (rien de bien intéressant vu que la police l’a trouvé pendu !) mais le médecin légiste nous apprend qu’il a des traces de coup sur le corps (ce qui n’est pas non plus une découverte fondamentale vu les penchants sado maso de More, la victime).
Vient le briefing avec le capitaine Cragen. Après avoir fait le point sur ce qu’ils savent et ceux qu’ils comptent faire, Max Greevey s’entretient seul avec le patron. Le Det Greevey demande au Cap Cragen de le retirer de cette affaire, les raisons invoquées par Max est qu’il est catholique et que le comportement de la victime et plus particulièrement ses penchants sado maso le choque. Donald Cragen l’envoi promener, en lui rappelant que la police doit enquêter sur tous les meurtres et que ses convictions n’ont pas à entrer en jeu. (Après le coup de l’avortement voir l’épisode Pour la vie Max ne perd pas une occasion de nous rappeler a quel point il est borné !)
Nous retrouvons donc nos Dets en train d’interroger la veuve Mrs More, celle-ci ne savait pas pour le sado. Par contre sa fille (qui a une vingtaine d’années), elle était au courant, elle dit aussi qu’il ne s’est pas suicidé.

La police s’intéresse ensuite à la « carrière artistique » de la victime. Un collectionneur a acheté une de ses photo pour la modique somme de 4 000 $. Celui ci déclare à la police l’avoir acheté en espérant qu’elle prenne de la valeur et qu’il puisse donc faire une bonne affaire. Comme l’artiste est mort il a de grande chose pour que la valeur de la photo augmente très rapidement. Les Dets apprennent que la ville a accordé une aide de 50 000 $ à l’exposition que More a monté.

A partir de là, Mike Logan et Max Greevey ont deux pistes :
La première est : Henry Rothman, qui est commissaire artistique responsable notamment de l’expo de la victime, en lui accordant une aide de la ville de New York. Ces empreintes ont été retrouvées sur l’appareil photo. Il est donc arrêté et mit en examen.
La seconde conserne Elizabeth Hendrick, une femme de la « haute société », la police remonte jusqu'à elle grâce à la vendeuse du magasin de cuir que nous avons vu tous à l’heure. Elle a acheté des gants de cuir.
Mais les pistes s’entremêlent quand la police apprend que Rothman et Hendrick sont amant, seulement Mr Rothman dit être ave Mlle Hendrick le soir du meurtre, ce que nie celle-ci.

La cible des poursuites de Stone est Henry Rothman. Son avocate est une ancienne ADA qui a travaillé avec Stone avant de devenir avocate de la défense (ce qui n’est pas au goût de notre procureur préféré !), celle-ci, après avoir sortie son refrain sur son client, demande à Stone de s’occuper de l’autre piste : Elizabeth Hendrick. Ensuite Stone et Robinette font mettre Rothman sous écoute afin de pouvoir avoir des informations sur la participation ou non de Hedrick au meurtre. Bingo !! Rothman ne tarde pas a appeler Mlle Hendrick pour qu’il la protége, les ADA se rendent compte qu’elle le domine complètement ! Le voila notre lien avec le sado masso. Toutefois Stone décide de la poursuivre quand même. Il veut qu’il témoigne contre celui que Ben Stone et Paul Robinette croit sa complice : Elizabeth Hendrick.

Une perquisition est mené chez elle : de la drogue est retrouvé ainsi que des objets sado maso. Ben croit pouvoir poursuivre et convoque un grand jury. Y témoigne le proprio d’un club sado maso, il déclare que Hendrick était une habitué de ces lieux et qu’elle dominait, elle a aussi blessé un jeune homme au cours d’une soirée, mais celui ci préfère rester discret. Rothman témoigne lui aussi mais il s’incrimine lui-même. A la sortie de l’audience les ADA comprennent ce qui s’est passé : Elizabeth Hendrick a forcé son amant à mentir (ce qui n’est pas bien difficile vue qu’elle le domine complètement et peu donc le contrôler). Cela n’arrange pas les affaires de Stone surtout qu’elle tente de le dominer (verbalement rassurons nous tous de suite, la morale est sauve). Ben tente de jouer au plus malin avec elle mais ce n’est pas forcement évident et les résultats sont limités.

La fin de l’épisode est surprenante : on retrouve le policier Greevey qui annonce par téléphone aux procureurs qu’Henry Rothman s'est suicider en laissant des photos (toujours avec ce fameux polaroid) incriminant Hendrick dans la mort de More. Celle-ci est donc arrêtée par la police au cours d’une soirée.

FIN

NOTE : 8 / 10


Pour résumer en quelques lignes :
Victime : Victor More, un artiste au penchant masochistes.
Accusé : Elizabeth Hendrick (arrêté par la police) et Henry Rothman (se suicide)
Mobile : Jeu sado maso qui se passe mal.

Que dire de cet épisode ? Pas grand-chose hormis que les Dets travaillent la nuit, que Stone sauve son affaire pourtant mal engagé et que la justice triomphe une fois encore. Si une chose, le suicide final était bien nécessaire ? Le suspect qui met fin à ses jours on l’a déjà dans l’épisode Brebis galeuse

Review réalisée par Nono

Episode diffusé sur NBC le 04/12/1990
Review en ligne depuis le 12/02/2006

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2020 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7