New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York District / New York Police Judiciaire > 16.09

3 Juin 2020

New York District / New York Police Judiciaire

Episode 16.09 : Criminal Law

Review réalisée par EADA Jack McCoy


Pré-générique :

Une camionette roule dans la nuit puis se gare. Deux hommes sont à l'intérieur. L'un d'eux sort pour aller chercher un café. L'homme est un habitué, il entre dans la boutique en disant bonjour à la patronne mais celle-ci n'est pas là et ne répond pas. Il suppose qu'elle est dans l'arrière boutique et se sert en café. Au moment où il s'apprête à sortir, il remarque trois douilles par terre et il regarde immédiatement derrière le comptoir.
Les inspecteurs Green et Fontana arrivent sur les lieux. La victime s'appelle Sylvia Rossi, elle dirigeait l'épicerie. Vu qu'elle ouvrait à 5h30 et qu'ils ont été appelé à 6h15, les inspecteurs supposent que le vol n'était pas le mobile, à cette heure-ci la caisse est vide. L'arme du crime est un 45.
Alors que Fontana interroge celui qui a découvert le corps, Green l'interrompt pour lui dire qu'ils ont été appelé pour deux autres cadavres à Chelsea. Le lieutenant doit les rejoindre sur place.
Un couple a été assassiné. Le tueur a cassé une vitre pour entrer puis a tué le mari et la femme. Pas de vol, pas de témoins. L'arme était un 45, Green : «Voilà une arme qui à la côte ». Et le comble : les victimes sont Michael et Sylvia Rossi. Même nom, même arme .... Fontana : « Voilà un nom qui a la côte ».

Générique :

La seule description du suspect est mince : un homme de race blanche. Le témoin n'avait pas ses lunettes et croyait qu'il relevait les compteurs. Le seul lien entre les victimes est leur nom. La police a listé et est à la recherche des personnes portant le même nom. La fille de la seconde Sylvia Rossi est interrogée par Green. Celle-ci a vu un homme blanc en combinaison de travail pas très loin de chez elle mais il portait une casquette. Fontana arrive à la fin de l'interrogatoire pour annoncer à Green qu'ils ont une nouvelle victime. Une jeune femme abattue alors qu'elle montait dans sa voiture dans un parking. Même scénario : 2 balles de 45 en pleine poitrine. Elle défendait les victimes. La victime, Sylvia, a été attirée sur les lieux du crime par un coup de fil qui disait que sa voiture avait été forcée. Elle défendait toutes sortes de victimes mais elle s'était spécialisée dans les cas de violence extrême. Elle avait elle-même était une victime. Neuf ans plus tôt, un type était entré armé et avait provoqué une fusillade provoquant ainsi la mort de sa femme, son patron et d'autres personnes. Sylvia avait été blessée elle aussi. L'homme avait été condamné à la peine de mort mais l'Etat de New-York ne l'applique plus. Il est encore en prison.
Vu le manque de liens entre les victimes, le lieutenant pense à un malade qui aurait choisi un nom au hasard mais Fontana ne pense pas qu'un malade penserait à essuyer ses empreintes. Le coup de fil passé pour attirer la troisième victime a eu lieu dans les environs le 22h. Van Buren envoit les inspecteurs voir s'ils peuvent trouver un témoin.
Le patron du restaurant juste à côté du téléphone se souvient avoir vu un homme blanc téléphoner et est sorti ayant peur pour sa voiture qui avait déjà deux contraventions. Green demande alors si l'homme conduisait une dépaneuse et le patron confirme. Il portait une combinaison grise, comme les mécaniciens. La société de la fourière était les Frères Balasco.
Les inspecteurs questionnent le patron qui trouve le nom de l'employé qui était dans le quartier à cet instant : Hendricks Troy. Fontana lui demande de le faire venir tout de suite mais il ne répond pas à la radio. La police retrouve la dépaneuse d'Hendricks mais celui-ci s'est enfui. Il a donc laissé toutes ses affaires dans la voiture. Green le fouille, trouve des munitions et une liste de noms et d'adresses. Le dernier nom de la liste noire est celui d'une personne bien connue : notre cher procureur Jack McCoy.
Musique puissante et dramatique, la voiture des inspecteurs arrive en trombe, gyrophare et sirène allumés au restaurant à l'instant où McCoy sort en compagnie d'une jeune femme (dont l'identité ne sera pas révélée anfin que Monique n'aille pas la tuer :-D). Green saisit McCoy et Fontana la jeune femme pour les emmener en lieu sûr. Jack n'a pas le temps de comprendre ce qui se passe.
McCoy est en présence de Van Buren et se souvient de l'affaire : neuf ans plus tôt, un homme du nom de Leland Barnes a fait irruption dans le bureau de sa femme, l'a tuée ainsi que trois autres personnes. McCoy connait la victime et cite deux autres personnes, ce sont les survivants de la fusillade et qui ont témoigné au procès. Le tueur cherchait donc à éliminer les témoins de cette affaire. Mais neuf ans après, le lieutenant ne comprend pas. McCoy a l'explication, la Cour d'appel a cassé son jugement, il va passer en audience de remise en liberté. La police est toujours à la recherche de Bowman. l'autre personne, Witaker habite bien à l'adresse indiquée mais ne répond pas au téléphone. Fontana et Green sont partis sur les lieux. Jack compte renter chez lui mais Van Buren le retient et lui dit qu'il n'ira nulle part sans une escorte. Elle lui présente les deux hommes qui veilleront sur lui.
Pendant ce temps là chez Mr Witaker, le groupe d'intervention enfonce la porte et pénètre dans la maison. Ils fouillent la maison et trouvent à l'étage le corps de Witaker et de sa femme quand soudain Fontana entend du bruit. Appuyé par Green, il se dirige dans la chambre d'à côté et ouvre le placard. Green baisse brusquement son arme en voyant que c'est un petit garçon. Il s'est caché dans le placard lorsqu'il a etendu les cris. Ca lui a sauvé la vie. Green reçoit un appel, ils ont une adresse pour Elaine Bowman qui s'est marriée et donc a changé de nom.
McCoy et Borgia se retrouvent dans le bureau de Branch. celui-ci veut retirer l'affaire de Jack et s'inquiète pour sa sécurité mais McCoy ne veut pas se laisser intimider : McCoy : « S'il me cherche, il va me trouver sur son chemin ». Branch est convaincu.
Jack et Borgia vont voir Barnes à la prison. Il compte se représenter lui-même mais McCoy lui fait remarquer qu'à l'époque il était indéfendable et que c'est toujours le cas. Barnes en veut réellement à McCoy et nie, même si personne ne le croit, connaître Hendricks.
McCoy essaye d'obtenir du juge Bradley, les témoignages des deux victimes mortes. Le Juge est d'accord à condition qu'il puisse prouver que Barnes a commis une faute grave. Borgia est très inquiète quant à la sécurité de son patron, Jack. Mais McCoy n'est pas prêt à céder face à l'intimidation. Borgia ratrappe Jack dans son bureau. Elle tient à lui parler. Elle annonce à Jack que ces derniers temps, être à ses côtés lui fout la frousse. Elle a vraiment peur pour la vie de Jack. Lui paraît imperturbable avec son « D'accord. Peut-être.» en réponse à Borgia qui lui affirme qu'avec protection policière ou non Hendricks finira par sa route. Ca ne la rassure pas du tout et là cette phrase résume bien le caractère du personnage de Jack McCoy :
McCoy : « Honnêtement je suis mort de peur. Ne dites rien à Arhtur. Mais passer la main dans cette affaire ... ça n'enlève pas mon nom de la liste ».
Même s'il a vraiment peur, Jack n'est pas prêt à se laisser intimider, à se laisser marcher dessus, à se laisser manipuler même si c'est sa vie qui est menacée. La Justice doit pouvoir être rendue malgré les menaces et les risques.
La police retrouve Elaine Bowman et la place sous protection. Pendant ce temps le bureau du procureur n'arrive pas à trouver un lien entre Hendricks et Barnes. C'est leur seul moyen pour qu'ils puissent prouver qu'il a commis une faute grave et donc faire accepter les témoignages des deux témoins morts.
Malheureusement Barnes se défend bien et les témoignages de Rossi et Witaker ne sont pas recevables. Le juge laisse la possibilité d'une nouvelle audience si l'enquête progresse. McCoy et Borgia s'apprêtaient à partir mais Barnes souhaite aborder un autre point. Il veut interroger le témoin Elaine Bowman. MCoy refuse catégoriquement, il sait que le seul but de Barnes est d'intimider le témoin. Mais le juge se voit dans l'obligation d'accorder la requête en précisant à Barnes de faire attention.
McCoy va à la prison et interroge l'ancien co-détenu de Barnes. Il cherche à savoir qui a aidé Barnes pour les meurtres. Barnes semblait entretenir une correspondance avec un de ses deux fils. Il obtenait les lettres, qu'il détruisait, par un autre déténu qui a été retrouvé pendu dans sa cellule juste avant que Barnes soit transféré.
Les inspecteurs vont voir Robert Barnes qui a un alibi solide. le suspect est donc Harlan Barnes, le plus jeune. Robert leur apprend que son frère à des colères qu'il ne contrôle pas. La dernière fois qu'il a parlé à son frère, celui-ci lui a dit que leur père risquait de bientôt sortir de prison. Au nom de Troy Hendricks, Robert est surpirs. Ils ont été envoyé vivre chez les Hendricks. Troy est leur fils. Seul problème, il est décédé 2 ans avant qu'ils soient placés chez les Hendricks. Harlan Barnes a donc utilisé l'identité de Troy Hendricks.
Borgia va persuader Elaine Bowman de témoigner pour pouvoir condamner Barnes. Lors de l'interrogatoire de Bowman, Barnes n'arrête pas de poser des questions douloureuses à Elaine. Il fait pression sur elle. McCoy sent qu'elle va craquer et essaye de clore l'interrogatoire mais elle craque et dit que ce n'était pas Barnes le tireur puis part en pleurant. McCoy est furieux. Elaine ne veut plus témoigner et si l'on y force elle dit qu'elle mentira puis elle part en courant. Le garde du corps de McCoy lui signale qu'ils ont du mouvement sur la ligne du frère. Robert dit que son frère voulait qu'il l'appelle pour lui donner des sous. Il dit aux inspecteurs qu'il est chez une copine. Le groupe d'intervention maîtrise Harlan Barnes et Green trouve le 45 qui a tué les 6 personnes.
Fontana et Green font tout pour que Harlan avoue que les noms des victimes venaient de son père. Il craque mais pas de la bonne façon : il se jette sur Fontana et Green intervient pour l'immobiliser. En vain celui-ci se croit intouchable et ne dira rien contre son père.
Le juge est tenté de libérer Barnes car sa défense s'avère efficace mais McCoy ne se laisse pas faire, même sans preuve. Malgré le fait que l'accusation n'ait pas de preuves, le juge est troublé par les propos de McCoy qui sont assez violents et le juge Bradley doit réfléchir avant de donner sa décision même s'il n'a que peu de choix possibles.
A la sortie du tribunal, les journalistes se précipitent tous vers Barnes. McCoy s'approche de lui et le prévient qu'il a maintenant tout le bureau du procureur de l'Etat de New-York qui veut sa peau quand soudain une journaliste hurle. Des coups de feu retentissent. Jack tombe à terre, seulement de peur. Barnes lui s'est pris trois balles. le tireur n'est autre que son fils Robert Barnes qui met tout de suite ses mains en l'air après avoir tué son père. On voit alors la tête d'un McCoy essouflé et surtout terrifié.
Borgia se penche vers Jack qui est assis sur les marches de l'entrée du tribunal. Elle lui demande si ca va aller. Il met un temps à répondre. Borgia est inquiète puis Jack sort qu'il a cru que les balles étaient pour lui. Borgia comprend ce que ressend Jack. L'épisode finit sur la tête d'un McCoy qui a cru voir la mort venir ... pour lui.

Appréciation :

En un seul mot, cet épisode est magnifique. L'acteur dans le rôle de Barnes joue à merveille un criminel qui a manipulé son fils en le faisant tuer pour asservir ses désirs de liberté. McCoy, comme à son habitude, mais plus particulièrement dans cet épisode à une prestance incroyable ! On découvre aussi vraiment son caractère, malgré la peur de la mort, la justice doit pouvoir exister. Mais l'ont sent à la fin de l'épisode un Jack complètement bouleversé. Il a du mal à le laisser paraître mais quand on connait aussi bien le personnage après tous ces épisodes, on le voit. Dans cet épisode le caractère de Borgia est aussi bien montré. Elle est très inquiète pour Jack. Elle est admirative de son courage face à la peur mais elle a peur pour lui. La scène où Borgia parle franchement à Jack est belle. Elle résume assez bien le caractère des deux personnages dans cet épisode. Au final un très bon épisode. Je le situe dans le top 3 de cette saison.

Review réalisée par EADA Jack McCoy

Episode diffusé sur NBC le 23/11/2005
Review en ligne depuis le 20/01/2007

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2020 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7