New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York District / New York Police Judiciaire > 8.05

3 Juin 2020

New York District / New York Police Judiciaire

Episode 8.05 : Nullification

Review réalisée par Nono


Pré générique : Nous assistons (chose rare dans la série) au braquage de convoyeurs de fond venus transférer de l'argent d'une sorte de PMU. Il faut souligner le génie de la réalisation : on ne voit pas les images de la fusillade car nous sommes à l'intérieur de la boutique, on n'entend que les cris et les coups de feu. Ce n'est qu'avec les inspecteurs que l'on constate les dégât : un braqueur et un convoyeur tués.

Le braqueur mort est tatoué : en le comparant à leur basse de donné, Curtis et Briscoe remontent à une milice appelée " les nouveaux fils de la liberté ". La famille confirme qu'il appartenait à un groupe armé et avec les autres membres ils préparaient un gros coup; la piste de la milice devient de plus en plus plausible.
Les inspecteurs vont donc voire le " grand chef " qui est propriétaire d'une espèce de quincaillerie. Bien sur celui-ci ne répond pas aux questions. (Ce qui peut se comprendre quand on prétend lutter contre le gouvernement et on veut mettre en place une nouvelle société.). Ensuite ils consultent le site Internet de la milice où on peut trouver comment fabriquer et/ou transformer des armes ainsi que des " conseils " pour renverser le gouvernement. (Bravo le progrès !)

Jamie Ross demande un mandat pour pouvoir saisir la liste des membres. Mais le juge est un conservateur :
" - Ma fille vient d'avoir un enfant et je vaux qu'il est les mêmes droits que moi.
- Et si il devient convoyeur ? "
Face à cet argument le juge ne peut que délivrer le mandat en question.
Une fois que les Det Briscoe et Curtis on saisit la liste, le Lt Van Buren décide d'interpeller la vingtaine de membres. McCoy se charge des mandats.
Enfin un peu d'action : le lendemain, Briscoe, Curtis, Van Buren, Profaci ainsi que les autres Det de la crim' et les équipes d'assaut, font une descente, arme au point et en gilet par balle, chez le domicile de chaque membre. La camera (encore bravo a la réalisation) va de l'un a l'autre ce qui donne un effet d'importance. Dans la maison perquisitionnée par Curtis une importante cache d'arme est découverte. Mis en état d'arrestation le propriétaire hurle haut et fort que c'est son droit constitutionnel d'avoir des armes. (Ce qui n'est pas faux mais l'état de New York limite ses droits en imposant un permis de port d'arme et n'autorise pas d'avoir des armes de guerre ou des armes modifiés)

Toutes les personnes arrêtées sont conduites au 27éme District pour être interrogées. Aucun ne veut parler, et comme les militaires qui sont fait prisonniers, ils ne révèlent que leur nom, prénoms, matricule et grade par exemple :
" Phil Christie, les nouveaux fils de la liberté, major, matricule 15240 "
" Matthew Brant Jr, les nouveaux fils de la liberté, caporal, matricule 51476 "
" ……… "
Les menaces de prison ne leur font pas peur. C'est la qu'on voit la solidarité car beaucoup dans leurs situations auraient plaidés coupable contre de la prison avec sursis et dénoncé leurs camarades.

Le procès peut donc commencer. Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas d'un procès ordinaire (Mrs Dupond qui a tué son marie infidèle !) puisqu'il y a une 20aine d'accusés tous membres d'un groupe armé violent. Ils sont prêts a tout pour être acquittés.

A la mise en accusation, l'un des membres Mr Phil Christie qui a une formation juridique demande à représenter ses camarades, ce qui est accepté par le juge et conteste la légitimité du tribunal. Il s'appuie sur le fait, tenez vous bien, que le drapeau des USA possède des franges bleus ce qui serait le symbole d'un tribunal militaire. Bien sur le juge le déboute. Ces procédés de défense paraissent trop artificiels pour être véritables mais ne nous empêchent pas d'en rire.

Peu après l'avocat demande au juge Daniel Scarletti d'annuler les charges retenues contre eux car ils seraient des prisonniers de guerre et la convention de Genève interdit de les juger. S'appuyant sur la jurisprudence des Black Panthers, le juge les déboute une fois de plus.

Le procès proprement dit commence avec l'appel à la barre par McCoy de la technicienne Farrel qui a comparé les balles de la scène de crime avec celle des armes saisies chez les accusés, bien sur elles sont identiques. Déjà un accusé se fait exclure car il cri que tous les hommes sont égaux….. Le contre interrogatoire tourne court car Christie ne pose que des questions sans liens comme :
" Avez-vous lu la constitution ?
- Croyez vous en Dieu ?
Les autres accusés ne tardent pas à se faire exclure, dès le second témoin qui est la veuve du mort, car eux aussi mettent le bordel et se battent avec les huissiers. J'en profite pour saluer la patience du juge Scarletti ! Enfin chose étrange, l'avocat, Mr Christie fait son propre interrogatoire car tous ses témoins ont été exclus ou rejetés (il faut dire qu'il avait cité le Président des Etats-Unis, le directeur de la CIA, celui du FBI…). Dans son propre interrogatoire,qui est d'ailleurs plus proche de la plaidoirie il tente de justifier leur action et en profite pour s'en prendre au gouvernement des USA ainsi qu'aux institutions.

McCoy a des problèmes avec le jury, car certains ne cachent pas leur sympathie envers les accusés. Il en fait récuser plusieurs et a la possibilité de changer le jury, mais il préfère continuer en croyant que la justice pourra l'emporter sur le crime et la bêtise. La suite lui donnera tort, ce que lui rappellera son assistante.

Comme la plupart des épisodes, celui ci se termine par l'énoncé du verdict : le jury n'est pas arrivé a s'entendre : le procès est remis a plus tard. L'avocat ne peut s'empêcher d'aller narguer Jamie Ross et surtout McCoy ; celui ci lui répond que ce n'est pas fini ; en effet il aura un autre procès que nous ne verrons pas.

FIN

  • L'intérêt principal de cet épisode est qu'il est question d'une milice armée ; ce phénomène peu connus en France est une véritable plaie pour les services de police des USA. On peut notamment voir que les membres se prennent pour une véritable armée en " guerre contre la politique du gouvernement " (Ils demandent à bénéficier de la convention de Genève, ne révélant que leur nom, prénom, grade…. comme de vrais militaires) alors qu'ils ne sont que 20 soldats du dimanche ou pour reprendre l'expression de Curtis " petit soldat de plomb " .
  • L'épisode ne tombe pas dans le caricatural et c'est tout à son honneur ; En effet, les membres des ''nouveaux fils de la liberté'' ne sont pas montrés comme très méchants et les policiers comme très gentils (un peu comme dans Walker Texas Ranger), la différence entre le bien et la mal est plus mince. La preuve se trouve dans la réaction du jury.
  • La fin est surprenante : le jury n'arrive pas à trouver un accord : le procès est donc ajourné. Pour nous français cela peut paraître étrange mais au USA les jurés doivent être tous d'accord. Or il y a fort a parier que sur les 10 membres, il y en a au moins un qui a des sympathies avec les mouvements paramilitaires, ou bien certains membres du jury se sont laissés séduire par le comportement honteux des accusés voire par l'argumentation de Christie
  • L'épisode est donc très bon, comme la saison 8, qui relève le niveau par rapport a la 7éme saison qui était moyenne.
  • La réalisation est aussi bien faite ; notamment avec la première scène, celle de la fusillade où ne voit pas le braquage.
  • Toutefois le titre français ne correspond pas à la traduction. Le problème est que lorsque qu'on a lu le titre on sait tout de suite de quoi il sera question et le peu de suspense de l'épisode disparaît. J'en profite d'ailleurs pour pousser un coup de gueule contre les traducteurs de titre qui ont, et cela quelque soit la série, la fâcheuse tendance a carrément changer les titres alors qu'une traduction littérale serait, la plus part du temps, mieux venu.
  • NB : J'utilise les abréviations suivantes Det pour détective et Lt pour lieutenant

    Review réalisée par Nono

    Episode diffusé sur NBC le 05/11/1997
    Review en ligne depuis le 23/10/2004

    Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
    sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







    © 2001-2020 LawAndOrder-fr
    New York Unité Spéciale
    New York Section criminelle
    New york Cour de Justice
    Los Angeles Police judiciaire
    paris Enquêtes Criminelles
    Londres Police judiciaire
    Titres VO / VF
    Suivez-nous sur Twitter
    Retrouvez-nous sur Facebook


    Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
    Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

    Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

    Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

    Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

    Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7