New York Unite Speciale

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Unité Spéciale > 5.06

18 Janvier 2021

New York Unité Spéciale

Episode 5.06 : Coerced

Review réalisée par Jéjé


{Un épisode à peine correct dont la fin intéressante quoique expéditive laisse envisager le grand épisode que « Coerced » aurait pu (du ?) être… (J’ai l’impression d’avoir déjà lu ça quelque part, n’est-ce pas Seb ? *)}

{(* cf. la review de « L&O ­ 14x04 ­ Shrunk »)}

Les membres du SVU enquêtent sur la disparition d’un jeune garçon de 5 ans. Les recherchent s’orientent rapidement sur un employé de l’épicerie habituelle de la famille. Effectivement, celui là a été vu par un témoin avec l’enfant et il a laissé dans l’épicerie le gérant, mort, et son assistant, poignardé mais en vie.
B&S appréhendent le suspect sans l’enfant. Le kidnappeur - Kevin - est un schizophrène paranoïaque qui a reconnu en l’enfant son propre fils, qu’il avait perdu de vue à la suite du déclenchement quelques années auparavant de sa maladie mentale.
Seulement, Kevin, dans son délire parano refuse de dire où se trouve l’enfant. Wong, psy de son état, admet que sous médication appropriée, le suspect pourrait retrouver ses esprit.
Cependant, n’étant pas en état de crise violente, Kevin ne peut être contraint de prendre aucun traitement. Stabler et Wong s’accrochent sur cet « emmerdement » légal…
Alors que ça discute ferme à la brigade sur les options envisageables, Kevin (toujours en compagnie de Stabler) pète les plombs et devient « miraculeusement » difficilement maîtrisable. Dans l’urgence, Wong lui administre un sédatif. D’un Kevin calmé et en attente d’être transporté à l’hôpital, Stabler parvient à obtenir quelques bribes d’informations qui mènent le SVU à l’enfant.

La partie judiciaire peut commencer.
Novak est déterminée à traduire Kevin devant un tribunal, malgré sa maladie mentale. Sous l’instance évidente de l’avocate de la défense, Kevin est soumis à une analyse par Wong, qui apprend alors que Stabler a déclenché sa crise violente en jouant sur ses peurs maladives…
Wong estime alors que les aveux de Kevin sous médication s’apparentent à des aveux obtenus sous la contrainte. Il confronte Stabler, qui se drape dans sa dignité froissée… (En fait, il hurle et balance un discours assez débilitant sur qui sont les vraies victimes…) Cragen lui explique que si Wong balance ce qu’il sait au tribunal, Stabler sera accusé d’extorsion d’aveux et que tous les aveux qu’il aura pu obtenir précédemment pourront être remis en cause…

Cragen décide d’aller voir Novak et lui demande d’accepter la défense de non culpabilité pour cause de déficience mentale. Elle soupçonne immédiatement une erreur de la part des flics et n’est pas chaude pour se mouiller pour des gens qu’elle ne connaît pas. Cragen insiste sur le fait qu’avec sa nouvelle assignation, elle va être amenée à travailler uniquement avec les flics du SVU et qu’il va falloir qu’ils apprennent à se faire confiance.

Lors de l’audience où l’accusé confesse les actes qui lui sont reprochés, à l’annonce de la mesure d’internement en H.P. le concernant, Kevin pète une nouvelle fois les plombs et se met à hurler « They killed Martha ! ».

Novak commence à se demander si Stabler ne couvrirait pas un meurtre et lui demande de faire toute la lumière sur cette « révélation ». Il se révèle que Martha était la voisine de chambre de Kevin lors d’un séjour de 3 ans dans un institut psy pour adultes.
Apparemment, lors d’une vague de chaleur, alors que Martha était en pleine crise et qu’elle s’était enfermée dans sa chambre, les responsables de l’institut refusèrent d’activer la climatisation : la jeune femme n’en avait pas les moyens ! Ce décès fut maquillé en suicide, alors que Kevin criait au meurtre. Son traitement fut suspendu et quand au bout de quelques jours, il retomba dans la schizophrénie, il fut chassé de l’institut.

Toutes ces révélations viennent d’un Kevin lucide (car sous médication) au cours d’un interrogatoire avec Stabler, pendant lequel ce dernier présente ses excuses au premier. A la fin de l’entretien, alors qu’une visite par le SVU est programmée à l’institut pour vérifier les allégations faites, Kevin demande à Stabler qu’à cette occasion celui là récupère pour lui les photos de son fils.

A ce moment là, on a un plan sur Stabler, qui cligne de l’œil d’une façon complice et pointe Kevin du doigt avec une phrase toute faite, genre « C’est comme si c’était fait » !
C’est d’une trivialité rarement atteinte dans les séries « L&O » et ce geste ­ à mon sens ­ rabaisse profondément le personnage de Stabler : le pragmatisme émotionnel avec lequel joue le détective (on s’acharne sur un suspect malade car on a une bonne raison, on s’excuse et on se la joue « meilleurs potes » car on a une nouvelle bonne raison…) me le rend antipathique et me déçoit sur la qualité de caractérisation de la part des scénaristes de SVU !!!
Dommage !

La visite de l’institut s’apparente à une visite en enfer ! Des patients partout, un en caleçon, une qui fume (horreur !!!), une infirmière qui discute avec ses malades dans sa langue qui sonne très slave (détail incongru, plutôt inutile et qui n’ajoute pas grand chose à la « glauquitude » ( ;-) ) du lieu… B&S tombent immédiatement sur le chef de l’institut qui se fait embarquer immédiatement pour fraude : les listings de l’établissement stipulent que notre Kevin serait encore traité par l’établissement.

De fraude, les charges passent à meurtres (ceux de Martha et du patron de Kevin)… Novak présente au chef de l’institut et à son avocat Kevin comme son témoin vedette qui risque de l’envoyer en prison pour un minimum de 25 ans. Et hop, un accord est trouvé et le chef accepte de plaider coupable et de faire 15 ans…

C’est un peu court… J’aurais bien aimé que l’épisode s’attarde plus longuement sur les dérives de certains instituts psy. Cette évolution de l’histoire s’y prête parfaitement mais intervient beaucoup trop tard ! Encore une fois, dommage !

Mais le pire est à venir. Stabler vient visiter dans sa chambre Kevin et lui annonce que malheureusement il n’a pu retrouver les photos de son fils. Surgissent alors dans l’embrasure de la porte, son ex-femme et son fils de 5 ans ! Hourra ! Le gamin s’avance vers son père et lui déclare « I miss you, Dad »… Ridicule !

Ces deux minutes de trop firent que je gardai un sentiment assez négatif de cet épisode. Une deuxième vision modifia quelque peu ce jugement, mais les clichés scénaristiques et la fin expéditive gâchent vraiment l’ensemble.

Cet épisode centré sur le détective Stabler ne complexifie absolument pas le personnage, il le banalise. C’est vraiment dommage.
De plus, les quelques apparitions de la nouvelle ADA ne plaident pas en la faveur de ce nouveau personnage, encore assez grossier et peu intéressant.
Mais dans ce « Meloni show » assez décevant, les scénaristes nous ont quand même réservé une surprise assez réjouissante… A un moment donné, B&S doivent entrer dans un immeuble condamné le plus rapidement possible. Stabler, que l’on a vu dans l’épisode, une fois n’est pas coutume, dans un T-shirt moulant qui ne cachait rien de son hypertrophie musculaire (presque inquiétante), tente d’arracher la porte d’entrée… Mais rien n’y fait ! Nos deux détectives font le tour du bâtiment et reviennent au point de départ. Benson s’y essaie à son tour, et miraculeusement réussit à arracher la porte !!!
J’ai trouvé ce clin d’œil ironique, au milieu de tant de lourdeur, plutôt rafraîchissant !

Review réalisée par Jéjé

Episode diffusé sur NBC le 28/10/2003
Review en ligne depuis le 12/11/2003

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2021 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7