New York Unite Speciale

  LawAndOrder-fr > Critiques > New York Unité Spéciale > 6.06

17 Janvier 2021

New York Unité Spéciale

Episode 6.06 : Conscience

Review réalisée par Jéjé


Un sacrément bon épisode cette semaine, qui s’organise autour d’une scène choc, avec une première demi heure haletante et délicieusement perverse qui nous y amène et un dernier acte de conclusion qui gère avec brio les conséquences de ce qui s’est passé.

Et quelle est elle, cette scène choc, au juste ? Simplement, l’agent Dale Cooper qui, avec froideur, abat d’un coup de revolver un gamin de 13 ans dans un couloir du tribunal de New York…

La diffusion prochaine de l’épisode sur TF1 va être problématique si cette scène est entièrement censurée…
Je pense que sera conservé le début de la séquence, jusqu’à ce que Cooper tire… Les images suivantes montrant le garçon, les yeux écarquillés, avec un impact de balle au niveau du torse, en train de s’effondrer resteront sûrement dans les tiroirs de la chaîne…

Vous me direz, est-ce si grave que ça ? Ces images au caractère choquant sont elles si essentielles que cela à l’intrigue ? On peut comprendre parfaitement le reste de l’histoire sans devoir assister à ce genre de chose…
Je vous dirai que toute censure est intolérable, mais surtout que ces images sont intrinsèquement liées à la narration. Il est important de voir le regard abasourdi du gamin, qui réalise dans ses derniers instants de vie qu’il n’avait pas tout prévu…
(On est loin des scènes de torture déplacées de « 24 », qui ne sont là que pour choquer le chaland !)

Vous allez penser : « Il est un peu bizarre quand même… On dirait que ça lui a fait plaisir de voir ce gamin se faire dégommer… »
(Oui, j’ai un don pour lire dans les esprits des gens…)
Effectivement, cette scène est non seulement perturbante par les seules images qu’elle propose, mais effectivement aussi par les réactions qu’elle peut provoquer chez le spectateur au bout de 30 minutes d’épisode. Je dois confesser que j’étais à la fois abasourdi par la violence de l’événement et satisfait de la tournure que prenait le récit…
Pendant quelques secondes, bien sûr… Rha, oui, j’étais bien content qu’il se fasse dessouder ce sale gosse ! Ensuite, j’ai rassemblé mes positions très claires sur la peine de mort et le fait de faire justice soi-même, et j’ai condamné intérieurement l’action du personnage de Kyle McLachlan… Mais bon, c’était un peu tard tout de même… Aaargh, je me suis fait piégé par les scénaristes…

Et là, vous allez me demander : « Mais c’est quoi alors ce gamin ? »
A l’origine, c’est simplement un voisin de l’agent Dale Cooper… (Enfin du Dr Cooper, puisque le FBI, c’est terminé depuis longtemps. Dale est passé à autre chose, il est revenu de Twin Peaks, a repris ses études de psychiatre, s’est marié, a eu deux enfants et s’est installé dans une jolie banlieue résidentielle…)
Le spectateur fait la connaissance du jeune garçon, 13 ans je crois, alors que la brigade du SVU est sur le pied de guerre pour retrouver le fils disparu du Dr Cooper. C’est lui qui oriente Benson et Stabler sur la piste d’un type louche qu’il aurait aperçu rôder dans leur rue…
Mais la découverte du corps de l’enfant, dont la gorge est obstruée de petits gravillons blancs, similaires à ceux des allées du voisinage des Cooper, et recouverts d’empreintes digitales d’enfants, oblige nos amis enquêteurs à reconsidérer l’aide fournie par le jeune garçon… qui ne tarde pas à craquer et à confesser le meurtre.

Rien que de très banal pour une histoire SVUesque… Mais ce qui va faire partir l’épisode vers des sommets de malice est la justification du meurtrier en herbe. Par accident, il avait tué le chat d’un autre voisin, acte dont avait été témoin le fils Cooper. Dans son esprit, il ne pouvait pas prendre le risque d’être dénoncé sans devoir être obligé de retourner dans le camp de redressement qu’il avait déjà fréquenté.
Camp où il a été torturé et abusé par d’autres pensionnaires… Il en fournit la preuve à B&S en montrant son bras marqué de brûlures de cigarettes.
Cette révélation bouleverse le Dr Cooper, puisque c’est sur ses conseils que sa voisine avait envoyé son fils dans ce programme, à une époque où il présentait des petits problèmes de comportement…

Dr Cooper va alors s’opposer à Novak qui envisage de juger l’enfant comme un adulte. Il va passer au niveau hiérarchique supérieur et convaincre Angela Bower (je vous rappelle que l’employeur de Tony Micelli est également celui de notre ADA favorite) de le faire passer devant le tribunal des affaires familiales.

Mais lorsque Huang et Novak découvrent lors d’une inspection du camp incriminé que killer-boy était une vrai terreur, qu’il avait maltraité et menacé l’ensemble des pensionnaires, qu’il s’était infligé lui même des dommages physiques, il est trop tard pour revenir en arrière.

Lors de la sentence (légère) livrée à l’encontre du meurtrier de son fils, Dr Cooper comprend le degré de sociopathie dont est infligé celui qu’il a voulu défendre…
Dans le couloir, la dernière malignité de killer-boy, qui s’excuse avec un petit sourire auprès de Dr Cooper, aboutit à La scène.
Cooper bouscule un passant sur Stabler, se saisit de l’arme d’un officier de garde et fait feu sur le gamin…

Les dix dernières minutes de l’épisode sont moins surprenantes, mais parfaitement maîtrisées.
Le Dr Cooper plaide le moment de folie passagère, en décrivant ses symptômes d’amnésie ponctuelle, de pertes de repères moraux et de tous ceux qui construisent cet échappatoire à la prison. Un peu trop parfaitement, souligne Huang, qui ne manque pas de remarquer que comme lui, son collègue connaît parfaitement ce sujet.

La ligne d’attaque de Novak est de démontrer que ce meurtre résulte d’un raisonnement calculé. Dr Cooper s’est rendu compte qu’il avait affaire à un sociopathe, qui tuerait encore à sa sortie du système pénitentiaire et qui l’avait manipulé, et il a donc décidé de faire justice lui même. En psychiatrie, il est accepté qu’un diagnostic de sociopathie ne peut être établi avec assurance sur un patient adolescent. Cooper tente d’utiliser cet argument pour contrer Casey, mais Huang, toujours lui, a réussi à dénicher un article écrit par l’accusé lui même dans lequel il explique son opposition à cette théorie. Pour lui, on naît avec une conscience ou sans : un individu ne peut pas s’en faire pousser une…

Alors, le Dr Cooper aussi manipulateur que sa victime, ou est il vraiment me père accablé de douleur qui a grillé un transistor ?

Le jury rend un verdict de non culpabilité.

L’épisode aurait pu s’arrêter à ce moment là… Il était parfaitement possible de laisser le spectateur dans l’incertitude.
A sa sortie du tribunal, Cooper vient voir Novak et confesse ce que soupçonnait Huang.
Comme sa victime, il n’avait pas eu le châtiment qu’il méritait. Mais lui, il ne tuerait plus jamais…

Cette ultime ligne permet peut être de rendre l’acte de Dr Cooper moins supportable qu’il ne l’aurait été si l’incertitude avait été conservée…
Dans tous les cas, cette fin n’enlève rien à la réussite totale de l’épisode.
Enchanté par le spectacle de cet épisode, je suis allé faire un petit tour sur des forums américains, puisque la saison 6 de SVU ne suscite pas un engouement massif sur les sites français…
Et comme depuis la rentrée, je trouve un peu de réconfort avec les avis des fans US sur des séries telles que « Veronica Mars », « Life as We Know It » (en plus de celui de Seb…) et « Kevin Hill », séries pour l’instant très sous estimées dans notre contrée, je ne m’attendais pas à tomber de si haut…

Voici une petite review à l’américaine de cet épisode (qui compile la plupart des avis que j’ai recueillie) :

---

Une fois encore, Casey et Olivia sont coiffées n’importe comment. C’est un scandale… Surtout que l’on ne voit que très peu Olivia. Il n’y en a que pour cette nullasse de Novak dans cet épisode. Elle est habillée n’importe comment, il faut vraiment lui trouver un styliste et l’empêcher de s’habiller toute seule, la pauvre…
Mais Novak n’est pas simplement nulle d’un point de vue vestimentaire, elle est également complètement nulle dans son boulot, comme d’habitude.
Cette nulle se fait écraser par sa boss, Judith Light, qui ressemble plus que jamais à une drag queen décatie. Et à la fin, cette nulle, qui ne trouve des arguments intelligents que grâce à Huang, n’arrive même pas à condamner le psychiatre.
Au moins, Alex, elle, elle gagnait.
Rendez nous Cabott !

---

Et oui, apparemment, Novak est loin de faire l’unanimité de l’autre côté de l’océan… De plus, les commentaires sur les talents d’actrice de Diane Neal et sur sa prononciation de l’anglais sont en général lapidaires. Elle va pouvoir rejoindre le club des « mais pourquoi on nous aime pas ? », dont la présidence est assurée depuis plus de trois ans maintenant par Elisabeth Röhm…

Allez, les filles, ne désespérez pas, le site de Seb vous offre un petit coin de résistance…

Review réalisée par Jéjé

Episode diffusé sur NBC le 09/11/2004
Review en ligne depuis le 14/11/2004

Note : Les épisodes dont les titres sont suivis d'une étoile (*)
sont inédits en France (ou l'étaient au moment de la mise en ligne de la review).







© 2001-2021 LawAndOrder-fr
New York Police Judiciaire (New York District)
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: include(): Failed opening '/home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/lo_code_inclus/reviews/reviews_connect.inc.php' for inclusion (include_path='.:/opt/php7.3/lib/php') in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 4

Warning: mysqli_fetch_row() expects parameter 1 to be mysqli_result, bool given in /home/clients/6e1e4297aceac9143f5f7c80cfc51abc/lawandorder/critiques/compteur.inc.php on line 7