New York District (New York Police Judiciaire)

  LawAndOrder-fr > Fanfics

3 Juillet 2020


Pour imaginer cette histoire qui (Laissez-moi rêver !) pourrait être mise en boite, j’ai fait appel à mon immense imagination débordante ainsi qu’au (petit) cerveau de mon frère Karsten qui a l’habitude de raconter des histoires… enfin, de faire des fanfics.
L&O : CI ne fait pas partie des séries qu’il préfère mais c’est en équipe fraternelle que nous avons travaillé sur "Under A Bed". Nous voulions faire notre propre casting tout aussi imaginaire que cette histoire mais nous avons préféré faire simple.
Bien-sûr, pour notre premier bébé, j'ose espérer qu'elle est la meilleure, la plus belle… bref, la plus quoi ; et j'espère que vous ne nous jetterez pas de cyber cailloux parce que si c'est le cas, j'vous balance mon frangin ! LOL Alors, vu que j'ai aimé ce défi et que je compte en faire une à moi par la suite, je compte sur les critiques de votre sincérité par rapport à l'histoire que vous lirez. Dites-moi le fond de vos pensées. Je ne suis pas suicidaire donc je suis prête à tout entendre… enfin, à tout lire ! LOL Ouais, mais n'en profitez pas pour me balancer de la méchanceté gratuite ! La seule chose à faire c’est de vous laisser prendre à l’histoire.



Pré-générique : Deux hommes cagoulés pénètrent dans une petite épicerie où ils dévalisent les rayons et terrorisent les clients. L’un des hommes ordonne au gérant d’appeler la police et c’est en hésitant qu’il s’exécute.
Quelques minutes plus tard, deux voitures de police occupées par deux policiers chacune arrivent sirènes hurlantes. Ils appellent les "terreurs" à jeter leurs armes et à se rendre mais c'est trop tard car ils se sont enfuis par la porte de derrière avant leur arrivée.
Le commerçant et quelques clients font leur déposition auprès des policiers quand l'un d'eux reçoit un coup de téléphone qui le fait s'éloigner du groupe. Il reviendra quelques instants après contrarié par cet appel.
Le soir, le policier (Mr téléphone) rentre chez lui où il est attendu pour dîner par sa femme et son fils. Après le repas, il accompagne son fiston pour le coucher et pendant ce temps, un homme en noir entre discrètement dans la maison tuant avec un pistolet silencieux la mère de famille qui était installée sur le canapé.
A l'étage, Joshua, le petit garçon, a décidé de faire tourner son papa en bourrique en se cachant… l'homme monte lentement les escaliers tandis que le père/policier est occupé dans la salle de bain ; l'homme le tue d'une balle dans la nuque.
Le corps tombe à terre et le tueur prend le temps d'admirer son exploit en s'accroupissant Il prend une bouffée de Ventoline puis prenant un petit calepin, il écrit le nom de sa victime et dit au cadavre d'une voix hautaine : « Vois-tu Dennis, tu m’as pris ce que j’avais de plus cher au monde et tu as fait du mal à une personne que nous connaissions tous les deux. Il était bien normal que je te prenne la vie, non ? » Et se met à rire à plein poumons.
Il part en jetant l’arme du crime près du cadavre sous les yeux apeurés de Joshua caché sous son lit.

Générique

Goren examine le corps de Dennis Wagner dont la tête nage dans une marre de sang tandis que Eames est avec le médecin légiste qui lui fait un rapport sur la mort de sa femme Élisabeth Wagner.
Les policiers fouillent le reste de la maison quand l’un d’eux ordonne à une personne qui est dans la chambre, à côté de la salle de bain où se trouve Goren, de jeter son arme… Goren suivi de deux autres policiers arrivent arme à la main et voient les menacer, un petit garçon tenant de ses deux mains une arme maculée de sang.
C’est parti, Goren va jouer le psy avec l’enfant qui a dans ses petites mains une arme chargée. Rangeant sa propre arme, il demande au petit de lui donner le pistolet mais le gamin tremblant de peur, lui présente le canon avec son doigt posé sur la gâchette. Goren demande à ses collègues de poser leur arme doucement sur le sol et il fait de même. Tous s’exécutent et ne voyant plus aucun homme armé, Joshua, rassuré donne l’arme à Goren.

Dans la salle d’interrogatoire, Joshua (5 ans) est interrogé par une femme policier mais aucun mot ne sort de la bouche de l’enfant qui reste pensif.
Dans la pièce d'à côté, Deakins révèle à G&E que l’arme qu’avait le petit est bien celle qui a tué le couple Wagner. Il demande à ses inspecteurs s’il peut être le coupable de la mort de ses parents. Eames lui répond que cela est impossible car il est évident qu’ils ont été tués par une personne "haute sur patte". Ce qui est sûr, c'est que l'enfant a été témoin du meurtre de son père.

L'homme en noir est dans une voiture où il prend une bouffée de Ventoline. Il semble surveiller un homme qui fait ses courses.

Au commissariat l'enquête n'avance pas. Deakins demande à G&E de faire parler l'enfant.
Dans la salle d'interrogatoire, Eames apporte un déjeuner -dont je ne citerais pas le nom du restau qui vend des humburger/frites- qu'elle souhaite partager avec Joshua qui refuse. Goren s'invite au déjeuner et à l'aide de clowneries et de tours de magie réussit à faire sourire Joshua. Mais ce n'est pas gagner car même après avoir mangé, l'enfant ne sort toujours pas un mot.
Deakins appelle ses inspecteurs à qui il apprend que le corps d'un deuxième policier a été retrouvé à son domicile.

G&E sont chez la victime : Arnold Spencer. Il a été tué d'une balle dans la nuque dans son bureau et c'est sa femme Pénélope absente de l'appart' au moment des faits qui l'a trouvé sans vie. L'arme du crime a été retrouvée près du cadavre et rien indique une effraction.
Selon Eames, il se peut que le mari connaissait son assassin et qu'il l'ait fait entrer. Ce qui ne peut pas être le cas pour les Wagner qui ont été retrouvés dans des pièces différentes et rien ne prouve qu’il y avait un troisième adulte.
Goren explique à Eames que la plupart des assassins qui entrent chez leurs victimes grâce à leur aide les tuent généralement dans la pièce où ils se trouvent et ne perdent pas de temps à choisir une pièce… Dans les deux cas, il pourrait s'agir d'une vengeance personnelle ou d’un tueur en série qui aime exécuter des flics !

L’analyse de l’arme a été effectuée mais aucune empreinte n’est connue du fichier informatique de la police. Les questions que se posent Deakins sont simples : « Qui peut bien avoir comme hobby, de tuer des policiers chez eux et pourquoi ? »
Goren fait une recherche informatique afin de trouver ce qui pourrait lier Wagner et Spencer. Il se trouve que quinze ans auparavant, ils ont travaillé ensemble sur une série de cambriolages et de meurtres commis par trois frères et une sœur : les Douglas. Deux des frères ont été tués par les policiers ; le frère et la sœur ont été arrêtés puis jugés. Tous deux sont en prison où ils purgent leur peine.
Dernière info : les policiers chargés de l’affaire étaient au nombre de quatre : Dennis Wagner, Arnold Spencer, Thomas Newman et Karen Richardson. G&E décident de se partager les charges : Goren va interroger Newman et Richardson tandis que Eames ira faire la tournée des prisons. -LOL-

Eames est à Rikers où elle interroge Jonathan Douglas. Elle lui dit que la police est au courant d'un contrat mis sur la tête des flics qui ont tué ses deux frères et qui les ont mis sa sœur et lui en prison pour une longue durée.
Bien qu’il la regarde avec haine et passion tout en pensant : « Tu sais que ça fait longtemps que j‘ai pas vu une femme ? », -lol- il déclare ne pas être au courant de ce qu’elle avance et refuse de lui parler sans la présence de son avocat. Toutefois, il dit qu’il est bien content que quelqu’un fasse justice pour lui comme ça, il ne sera pas obligé de le faire lorsqu’il sortira de prison. Puis, il quitte la pièce en riant d’un rire sournois et moqueur.

Goren est chez Karen Richardson. Elle lui dit qu’elle sait le pourquoi de sa présence et ajoute avoir pris toutes les dispositions pour se protéger ainsi que sa famille.
Il demande si elle sait qui peut être derrière ces meurtres et elle répond que Jonathan a toujours juré qu’il vengerait la mort de ses frères.

Eames est à la prison pour femme de New York -sorry, je ne connais pas le nom du pénitencier pour dames de mauvaises augures !- où elle parle avec Sandra Douglas.
Sandra vit mal le fait de vivre ses plus belles années enfermée entre quatre murs à cause des bêtises de ses frères. Elle déclare à Eames qu’elle n’est pas du tout au courant d’un soi-disant contrat sur les assassins de ses deux frères mais elle jure sur la Bible que Jonathan n’est pas dans le coup même s’il souhaite voir ces flics entre quatre planches.

Goren arrive chez Thomas Newman où il trouve porte close. Il passe par l’arrière de la maison, voit le corps de Thomas gisant sur le sol et aperçoit un homme en noir de dos qui pourrait être l’assassin. Ce dernier sort un petit carnet où il semble écrire quelque chose, mais alors que Goren s’approche de la porte arme à la main, il marche sur la queue d’un chat -oops- et surpris, l’homme lui tire dessus. Pan-Pan ! -Vais-je pouvoir supporter ça ? Bobbyyyyyy !!!-

De retour au commissariat, Eames cherche son coéquipier. Deakins lui annonce la nouvelle. -Snif, snif… Dites-moi qu’il n’est pas… snif !-

Arrivés à l'hôpital, E, D&C apprennent qu'il y a eu plus de peur que de mal, leur inspecteur chéri est sonné mais il n’a rien. -Ouf- La balle tirée par l’assassin a été arrêtée par son badge. -Ah, vive les badges de la police ! Hi Hi- Malheureusement, il n’a pas vu le visage du tireur.
Ils apprennent à Goren qu’Helen Wagner, la tante du petit Joshua, va arriver le surlendemain récupérer son neveu et qu’ils doivent au plus vite savoir ce que sait l’enfant.

De retour au commissariat, Joshua doit parler aux inspecteurs !
Sous forme de jeu, Goren arrive enfin à gagner sa confiance. Le petit confie avec des mots d'enfant que le "Monsieur" a avalé du parfum, a écrit quelque chose sur un petit cahier et a parlé à son père alors qu'il avait déjà du sang qui sortait de sa tête.
Dans la pièce d'à côté, Carver pense que le petit se moque d'eux mais Deakins lui demande de patienter et de comprendre que c'est un enfant ! -C'est pas vrai même dans une fanfic, Ron me saoule ! C'est normal dans un sens car s'il avait été parfait ç'a n'aurait pas été cool pour moi !-
Goren lui demande de se rappeler ce qu'a dit le "Monsieur" à son papa et bien qu'il essaie, Joshua ne se rappelle pas. Il ajoute ne pas avoir vu son visage mais qu’il avait un rire de clown.
Goren rejoint D&C où il déclare lui aussi avoir vu l'assassin sortir un petit carnet. Il est sûr que le gamin a bien vu et entendu ce qu'il a déclaré.

Joshua est seul dans la salle d'interrogatoire avec Eames et demande à aller aux toilettes. Elle l'accompagne et tout à coup l'enfant pris de panique devant un policier court se cacher sous un bureau. Eames tente de le sortir de l'endroit mais il refuse et retombe dans son mutisme.
Goren arrive et demande à sa coéquipière ce qui vient de se passer. Elle lui explique qu'ils ont croisé l'officier Trent et que Joshua a pris peur pour une raison qu'elle ignore.
Goren va voir son collègue et lui demande ce qu'il faisait quand il a croisé Eames et le p'tit. Trent lui répond qu'il prenait une bouffée de Ventoline car il venait d'avoir une crise d'asthme… Ça y est, Goren a sa loupiotte illuminée ! Il a compris ce qu'a voulu dire Joshua à propos du parfum qui était en fait de la Ventoline. Tout devient plus clair, l'assassin est donc asthmatique. Tin_tin. -C’est pas grand chose mais c’est déjà ça !-

Goren reprend l'enquête avec la fratrie Douglas. Après quelques minutes passées à tapoter sur son PC, il trouve que Jonathan et Sandra ont un demi-frère cadet : Jeff Ryan. Il a quitté très tôt le domicile familial pour s'engager dans la marine mais a été recalé à cause de son asthme. Son casier judiciaire est vierge. Et il était très proche de ses frères morts ! Aux dernières nouvelles, il travaille comme mécanicien.

Au garage "Meca' mobil", -no comment ! Fallait bien trouver un nom ! lol- le patron annonce à G&E que Jeff ne travaille plus pour lui depuis plusieurs semaines. Il parle de Jeff comme étant un garçon gentil, calme et serviable. Il leur donne son adresse.

Avec la police en colère d'avoir perdu trois des siens, on ne prend pas le temps de frapper et c'est en défonçant la porte que les policiers entrent dans un appartement vide. Il n'y a rien et à vue d'œil, cela fait des jours que personne ne vit ici.
Fouillant dans une commode, Eames trouve une vielle photo de Wagner, Spencer, Newman et Richardson. Au dos, une inscription : "Au moment venu, je vous vengerai tous les trois."

Chez Karen, Jeff est là et ils semblent se connaître. Ils parlent tranquillement de ce qui est en train de se passer. Karen est effrayée que la police remonte jusqu'à elle à cause de ses meurtres.
Jeff la rassure en disant que les flics ne découvriront jamais leur secret et qu'il ne fait pas seulement ça pour elle mais aussi pour la mémoire de ses frères.

Les empreintes trouvées sur la photo sont identiques à celles trouvées sur l'arme qui a servi à tuer Arnold Spencer. Maintenant, G&E sont sûrs et certains que le meurtrier est Jeff… Mais comment le retrouver ?

Carver arrive au commissariat et entre directement dans le bureau de Deakins où ils se mettent à parler longuement…
Pendant ce temps, G&E sont contrariés par la phrase écrite au dos de la photo. Ils se demandent qui peut bien être cette troisième personne à venger quand Carver s'approche d'eux et leur raconte une ancienne affaire qu'il a traité mêlant les quatre flics photographiés.
Il y a neuf ans, Karen a porté plainte pour viol contre ses trois collègues mais il n'a pas pu les faire condamner faute de preuves. Selon les dires du substitut du procureur, ces quatre policiers étaient surnommés "Les 3 Mousquetaires" car ils étaient liés d'une complicité très forte qui se faisait ressentir dans leur excellent travail et rien ne laissait supposer un tel acte. Bref, Karen a changé de service tandis que les trois autres flics ont été mutés dans différents districts.
Finie la discussion, tout le monde a compris ! -Même Eames, lol.- La troisième victime à venger est Karen mais pourquoi Jeff voudrait-il la venger ? Eames a mené une rapide enquête informatique et a trouvé le lien qui uni Karen et Jeff. Karen est la maman de Jeff !!! Tin_tin.

Jeff est à un kiosque où il achète un journal. Il est heureux car ses victimes font la une du New York Times et il téléphone à Karen où il lui dit qu'il va commettre un dernier meurtre :
Jeff : « Allô, allô maman ! »
Karen : « Jeff ? Mais où es-tu mon grand ? Pourquoi es-tu si heureux ? »
Jeff très très euphorique : « Tu as lu le journal ? Ils… ils… ils sont en première page ! (Il rit) Mais tu sais quoi maman… Ils ne font pas la une pour leur travail méritant ! »
Karen nerveuse : « Ça suffit Jeff ! Arr… »
Jeff hausse le ton : « Non ! Non ! J’ai pas fini. Il en reste un. Oui un et après… après, j’arrêterai. Tu sais que je dois éliminer celui qui a refusé de te croire, celui qui a refusé de te faire justice ! »
Karen nerveuse et paniquée : « C’est fini Jeff ! C’est fini, je t’en supplie… Arrête tout ça maintenant, ça n’en vaut pas la peine ! »
Jeff en larmes : « Non maman, non. Ils t’ont tous fait du mal et aucun n’a jamais voulu te croire, même pas le substitut du procureur Ron Carver. T’inquiète pas maman, il va payer et regretter ! » Il raccroche.
Karen : « Jeff non ! Non ! Jeff ? Jeff ? »
À peine a -t- elle reposé le combiné que l’on sonne à sa porte. G&E accompagnés de collègues et un mandat d’arrêt en main à son nom pour complicité de meurtre l’arrêtent.

Dans la salle d’interrogatoire, Karen admet être la mère de Jeff mais refuse de s’impliquer dans les meurtres qu’il aurait commis. Eames est colère, elle veut savoir où se terre son fils et c’est les larmes aux yeux que Karen lui répond qu’elle n’en sait rien.
Goren lui montre la photo trouvée à l’ancien domicile de son cher et tendre fiston et c’est avec nostalgie qu’elle la regarde. Il s’assoit près d’elle et lui demande si Dennis, Arnold et Thomas méritaient de mourir. Karen ne répond pas ; Goren continue de lui parler et lui redemande si ces trois policiers méritaient de mourir… s'ils méritaient de mourir pour un acte qu’ils n’avaient pas commis ! Karen lâche la photo qu’elle tenait dans sa main, regarde Goren dans les yeux et dans son regard on peut lire : « Oh non ! »
Goren y va direct et joue carte sur table : il n’y a jamais eu viol. En effet, Karen a inventé cette histoire absurde car à l’époque son couple battait de l’aile et elle cherchait du réconfort. Avec une telle histoire, elle pouvait espérer retrouver les faveurs de son mari et pourquoi pas en même temps prendre (du) plaisir à briser la réputation de ses collègues pour qui tout allait bien !
Ç’a marché pour Thomas Newman dont la femme est parti avec leur deux enfants. Mais malheureusement pour elle, les autorités n’ont jamais cru à son histoire et son mari l'a quittée après le jugement. La seule personne convaincue de leur culpabilité a été son fils aîné Jeff âgé de 13 ans lors des faits qui est parti de la maison pour tenter de s’engager chez les marines mais ce n'était qu'un prétexte pour essayer d’oublier le mal qu'avait subi sa pauvre mère !
Goren est furieux et il a les nerfs. Il regarde Karen dans les yeux et lui demande comment elle a pu vivre avec ce mensonge pendant tant d’années ? Comment a -t- elle pu regarder son fils en le nourrissant de cet affreux mensonge en décuplant sa haine envers ceux qu'il croyait responsables de la rupture de ses parents ? La menteuse pleure à chaudes larmes et déclare regretter mais Goren n’en a pas fini avec cette fliquette qui a déshonoré la police et qui a laissé un pauvre gamin tuer trois flics innocents !
C’est fini les larmes de croco, G&E veulent savoir où est Jeff afin que LUI soit arrêté puis jugé pour des faits dont il ne manque pas de preuves mais Karen refuse de répondre.

D&C sont dans la pièce d'à côté où ils entendent tout ce qui se passe de l'autre côté du miroir. Deakins est persuadé que son inspecteur de choc réussira à faire parler la dame tandis que Carver est convaincu du contraire, car il se souvient de son regard noir idem à celui qu'elle avait neuf ans auparavant.
G&E les rejoignent. Goren dit à Carver que Jeff a fini de faire justice et étant donné qu'il n'est pas au courant qu'il est recherché par la police qui détient sa mère, il ne va pas se cacher. Deakins conclut en affirmant que toute la ville est bouclée et ce n'est qu'une question de temps pour l'appréhender !
Carver reçoit un coup de téléphone qui l'oblige à retourner à son bureau. Il sort de la pièce et croise Karen qui, escortée par un policier qui la ramène à sa cellule, le regarde fixement lui lançant un sourire en coin sous les regards attentifs de G, E&D.
Intrigué par ce regard, Goren retrouve Karen dans sa nouvelle demeure et lui demande pour quelle raison elle a dévisagé Ron Carver. Après un moment d'hésitation, elle lui dit ce que Jeff prévoit de faire.

Carver est dans le parking où il s'apprête a monter dans sa voiture quand Jeff arrive derrière lui pointant sur sa nuque une arme. Jeff est très en colère par le substitut qui n'a pas rendu justice en faveur de sa mère et lui demande pourquoi il ne l'a pas fait ? Mais bien que Carver essaie de lui répondre, il ne veut pas l'écouter !
G, E&D et d'autres flics arrivent arme à la main. Goren demande à Jeff de lâcher son arme et de se calmer afin qu'ils puissent parler mais Jeff refuse tout dialogue. Se tenant bien derrière Carver, il s'apprête à appuyer sur la gâchette quand Karen sort du commissariat menottée en criant la vérité…
Non, non ! Jeff refuse de croire que sa mère ait pu lui mentir durant presque 10 ans ; Karen jure à son fils qu'elle n'a jamais été violée et que tout n'était que mensonge. Jeff s'en veut et comprend qu'il a tué pour "rien" à cause d'une mère menteuse. Il lâche Carver et retourne l'arme contre lui mais le substitut arrive tant bien que mal à la lui enlever. -Ouf !-
Jeff est arrêté pour meurtre par Deakins qui lui lit ses droits.
Phrases de fin :
Goren : « Pauvre gosse… Peut-on vraiment lui en vouloir ? »
Eames : « Il n’était pas obligé de tuer ! Son geste est impardonnable ! »
Goren : « Sa mère est impardonnable ! »
Carver : « Peut-être. En tout cas, en ce qui me concerne, j’ai aujourd’hui assez de preuves pour les faire inculper, elle et son rejeton ! »


NOTRE AVIS :
*Karsten : Que puis-je dire ? À part que je n’ai pas fait grand chose ! Ma sœur avait déjà le scénario en tête et je n’ai fait que l’aider à le mettre sur papier.
Je trouve cette histoire assez bien travaillé car il y figure 24 scènes distinctes égales (ou presque) à un épisode, générique passé !
Comme le dit Stéf en intro, je reste passif devant des séries du genre mais dès lors où j’ai accepté de l’aider, j’ai aussi accepté de regarder les épisodes diffusés le samedi soir afin de mieux cerner la série et ses personnages mais oh my God, ils n’étaient pas tous géniaux !
Tout ça pour dire que même si je ne suis toujours pas spectateur de ce show, j’apprécie beaucoup l’histoire imaginée par ma p’tite sœur. En trois mots : Pas Mal, Bravo !
**Stéf : Ben, c’est trop gentil ce que je lis ci-dessus ! Est-ce que ça veut dire que mon frangin m’aime quand même ? LOL LOL LOL
Mon avis est simple et proche… voire très proche de mon introduction : cette fanfic est bien, belle, top, géniale et je pense réellement qu’elle pourrait être mise en boite car le scénario n’est pas pire que certains épisodes "bof" fait par les professionnels ! (Sans aucune critique !) Et excusez-moi si je nous jette des fleurs mais que voulez-vous, je suis heureuse d'avoir pu être l'auteur d'un truc pareil !!!
Pour ceux qui connaissent ma façon de reviewer, ils remarqueront que je ne néglige aucune scène et que j’adore écrire les "Phrases de fin" dites par les personnages à chaque fin d'épisode. C'est ce que j'ai voulu faire ressortir dans cette fanfic…
Ben voilà, j'vous ai tout dit : maintenant, c'est à vous de me donner votre avis !


Fanfic réalisée par Stef et Karsten

En ligne depuis le 05/01/2005






© 2001-2020 LawAndOrder-fr
New York Unité Spéciale
New York Section criminelle
New york Cour de Justice
Los Angeles Police judiciaire
paris Enquêtes Criminelles
Londres Police judiciaire
Titres VO / VF
Suivez-nous sur Twitter
Retrouvez-nous sur Facebook


Pour soutenir le site et son forum, n'hésitez pas à passer par les liens suivants pour vos achats en ligne ;)
Amazon FRANCE Amazon CANADA Amazon USA